Mes conseils

Des recommandations tirées d'expériences dans les projets

Fil des billets - Fil des commentaires

Bénéfices d'avoir des équipes pluridisciplinaires et autonomes

Un point essentiel pour éviter des dérives (du genre scrotum par ratatinement) est que les équipes soient réellement pluridisciplinaires et autonomes.

Lire la suite...

Décider qu'une story est prête

6D1.png

Lire la suite...

Investir dans des stories prêtes

Un bon acronyme est celui qui dure longtemps. C'est le cas de INVEST, lancé en 2003 par Bill Wake. Cela fait donc 12 ans et INVEST est encore populaire ; des ouvrages récents y font toujours référence (je pense à No Estimates).

Si l'acronyme est bon, je n'ai jamais trouvé cette liste de caractéristiques d'une bonne story particulièrement percutante. Je ne crois pas avoir fait de référence à INVEST ni dans mon blog ni dans mon livre. Bonne à quoi, la story ? Il me semble que des caractéristiques sont importantes à un moment et pas à un autre.

Dans la quatrième édition de mon livre, j'approfondis la Définition de Prêt. Je me suis demandé si INVEST pourrait aider à déclarer une story bonne à être prête ? Ben non, ça ne me convient pas tout à fait. Cela n'a pas été prévu pour ça, car en 2003 on était loin de parler de la notion de Prêt pour une story. De plus Bill Wake ne visait que les user stories. Je considère qu'il y a d'autres types de story.

Voici mes caractéristiques pour qu'une story soit prête :

  • Décomposée, ce n'est plus une story épique.
  • Débattue en équipe lors des séances d'affinage, au cours de conversations,
  • Dérisquée, néologisme qui se comprend bien je pense,
  • posséde une Définition de Fini qui permettra de vérifier sa finition dans le sprint.

Du coup ça fait les 4D. J'ajoute Désirable pour faire le cinquième ?

Session d’affinage et affectation des features (SAF)

Le passage à grande échelle avec des features teams demande une prise de décision supplémentaire : le choix de l'équipe qui va réaliser une feature.

Comme pour les travaux d'affinage sur les stories, il est souhaitable que cela se fasse autour de conversations, mais impliquant cette fois toutes les équipes.

C'est l'objet des sessions d'affinage et d'affectation des features.

Lire la suite...

Tableau de features à grande échelle

Un tableau de features permet de montrer la décomposition du travail à faire et l'affectation aux différentes équipes dans le cadre d'un Scrum à grande échelle.

Lire la suite...

Finir une story c’est bien, finir une feature c’est mieux

Arrêter de commencer, commencer à finir. Mais pas seulement.

Lire la suite...

La vie d'une feature

Une feature est un service, observable de l'extérieur, qui contribue à un impact, et dont la description se situe à un niveau tel que toutes les parties prenantes comprennent facilement ce dont il s'agit.

Lire la suite...

Bacs, prévisions et incertitudes

Après avoir unifié en une seule vue le backlog (et ses bacs) avec le plan de release, ajoutons-y les incertitudes.

Lire la suite...

Backlog et plan de release fusionnés

Le plan de release peut être montré avec des incertitudes et des vagues. Les éléments qu'on y fait figurer sont tirés du backlog, on les trouve donc aussi dans les bacs.

Dans le cadre du management visuel, ces deux représentations sont utiles. Cependant il faut passer d'une l'une à l'autre, ne pourrait-on pas tout mettre dans une seule vue ?

Cela éviterait d'avoir à dupliquer les post-it…

Lire la suite...

Incertitudes et planification par vagues

Plan de release avec incertitudes

Suite à mon billet d'hier sur Plan de release et incertitudes, j'ai reçu un commentaire qui m'amène plusieurs réflexions.

Ça va être plus roll que rock.

Lire la suite...

- page 1 de 9