Quelques conseils pour faire du conseil dans de bonnes conditions

Pour éviter le blues du consultant...

Gerald Weinberg définit les conditions qui devraient être satisfaites pour qu'un consultant s'engage dans un contrat :

  1. Je ne travaillerai pas pour une organisation dont les buts ne sont pas en accord avec mes propres idées
  2. Je ne travaillerai pas sur des projets qui ont des objectifs que je ne comprends pas ou avec lesquels je ne suis pas d'accord
  3. Avant de participer au projet, je souhaite d'abord qu'on se mette d'accord sur le pourcentage de mon temps que je pourrais consacrer à mes autres activités professionnelles et à celui que je devrais consacrer à l'acquisition de connaissances pour ce projet
  4. Je ne travaillerai pas avec des systèmes de mesure qui opposent la performance d'une personne contre une autre. Au contraire, je coopèrerai totalement pour aider toutes les personnes du projet à exprimer au mieux tout leur potentiel, comme j'attends qu'ils m'aident à le faire
  5. Je n'accepterai pas de travailler sans comprendre ce qui est à faire, et pourquoi c'est à faire, et je ne donnerai pas de travail aux autres sans qu'ils ne le comprennent eux aussi
  6. Tout mon travail sera toujours visible et disponible pour des commentaires critiques (sauf s'il y a des considérations de sécurité qui s'y opposent) et je me tiendrai toujours prêt à revoir le travail des autres en échange pour eux de me rendre le service pour mon travail
  7. Aussi longtemps que les conditions ci-dessus sont remplies, je m'investirai au maximum pour atteindre les buts de mon projet et de l'organisation qui a retenu mes services