Ma première journée aux Valtech Days

Après le XPDay de mai, une autre conférence à Paris où l'on parle d'agilité

Le premier jour des Valtech Days, c'était le 23 octobre, avec des présentations de 50 minutes et 4 sessions en parallèle. Il faut choisir laquelle des 4 on va suivre. Pas trop difficile pour moi d'éliminer ce qui concernait SOA et l'architecture, mais il restait à chaque fois 2 sessions en rapport avec l'agilité auxquelles j'aurais aimé assister.

1ère session du matin

UML est-il soluble dans les méthodes agiles ? est un sujet dont j'ai déjà parlé[1] et dont j'ai discuté personnellement avec Pascal Roques. J'ai donc choisi Test Driven Requirements : Introduction et perspectives.

La salle était trop petite. Des personnes sont d'abord restées debout dans le fond puis d'autres se sont agglutinées dans l'entrée, ça continuait à rentrer, alors il ne restait plus qu'à s'asseoir par terre, ce qui fut fait. Heureusement, j'étais arrivé dans les premiers. Qu'est ce qui a attiré autant de monde : les mots test et requirements accolés ?

C'est la première fois que j'entends cette formulation Test Driven Requirements[2]. Je trouve qu'elle n'est pas représentative du sujet dont l'objectif est de montrer que si on s'y prend bien, on fait en même temps la spécification détaillée des exigences et les tests d'acceptation.

Gilles Mantel a présenté cette idée en s'appuyant sur le Lean, et notamment la lutte contre le gaspillage. Ecrire un document de spec et un autre de test, c'est du gaspillage. D'où le cycle de vie[3] qui regroupe les activités de spécifications des exigences et de test d'acceptation[4].

Avec un développement itératif, il faut appliquer les tests à chaque itération : il devient vite nécessaire d'avoir des outils. Le domaine des outils de tests fonctionnels automatisés est émergent. Le plus ancien est FIT qui est assez peu déployé car peu intégré. Une nouvelle génération d'outils de test fonctionnel apparaît avec GreenPepper et ce qu'on appelle le MBT (Model Based Testing) basé sur UML. Mais nous ne sommes pas encore à avoir des outils utilisables par des personnes du métier...

En conclusion, Gilles Mantel souligne qu'il faut une usine logicielle (pour automatiser les tests) et qu'à terme les rôles d'analyste et de testeur seront confondus.

2ème session du matin

Ensuite j'avais le choix entre le refactoring et Agile&Offshore, rétrospective d'un projet à un 1M€ J'ai choisi l'offshore. Hubert Gillon nous a fait un retour d'expérience d'un projet de portage en Java à iso-fonctionnalités d'une application majeure d'une société d'intérim. Le processus présenté, basé sur Scrum, n'était pas full agile, par exemple :

  • pas de contact entre le client et l'équipe de Bangalore, au moins au début
  • les itérations sont de 6 semaines, alors que le standard est plutôt de 3
  • cohabitation d'un chef de projet (ou coordinateur) et d'un responsable qualité avec un ScrumMaster
  • le cycle de vie est classique avec des phases de vérification comme VABF/VSR[5] après le développement, alors que ces phases n'ont pas de sens dans du pur agile[6]
  • beaucoup d'anomalies qui mettent en évidence l'absence de tests de ce qui est fait pendant une itération, le client testant après la fin de l'itération
  • une sorte d'estimation en points, mais corrélée bizarrement à du Cocomo

La présentation a bien mis en évidence l'évolution du processus pour tenir compte des premiers résultats qui n'étaient pas très positifs. Elle a aussi montré comment la confiance apportée par l'agilité s'est instaurée progressivement entre le client, la partie de l'équipe à Paris et les indiens à Bangalore.

3ème session du matin

Pour la dernière session de la matinée, il fallait choisir entre Laurent Bossavit, Agilité, à monter soi-même et Rally. Comme je connais Laurent[7] et que je pensais trouver des idées intéressantes pour IceScrum je suis allé voir la présentation de Rally.

Déception. L'exposé a porté sur les tendances en matière d'outils : SaaS, plugins pour les IDE... Ce n'est pas ce que j'attendais. Même pas une démonstration de l'outil Rally.

1ère session de l'après-midi

L'après-midi, j'ai suivi une deuxième présentation parlant de l'offshore pour un projet Valtech, Agile & Offshore, techniques de survie dans le domaine bancaire. Une expérience d'offshore plus agile que celle du matin.

Patrick Le Go a mis en évidence les difficultés de communication et énuméré les outils mis en place pour communiquer quand même : voyages, wiki, téléconférence, mail, chat et forum.

On voit dans ces présentations sur des projets offshore que les rôles classiques sont souvent conservés et que l'idée d'équipe autonome multi-fonctionnelle n'est pas vraiment mise en place : le client et la direction de projet restent en Europe et les développeurs sont en Inde.

La conclusion est me semble t-il : on peut appliquer les méthodes agiles sur un projet offshore, ce n'est certes pas facile, mais cela apporte des bénéfices, comme une meilleure motivation et un turnover en baisse. Mais l'offshore se justifie t-il, avec les difficultés qu'il amène, et compte tenu que les salaires augmentent vite en Inde ?

2ème session de l'après-midi

Dans la session suivante David Gageot présentait la Contractualisation des projets agiles. C'est un sujet que je viens de présenter au SigmaT3. J'ai donc préféré quelque chose assister à quelque chose de nouveau pour moi, plus pragmatique, mais tout aussi polémique, avec De la différence entre 2 personnes devant un PC et binômage.

Le binômage présenté par un binôme. La présentation de Jacques Couvreur et Nicolas Charpentier est vraiment très plaisante. Les 2 animateurs interviennent à tour de rôle de façon très dynamique. Ils n'hésitent pas à reconnaitre que le binômage est une pratique controversée[8].

La présentation est illustrée par des cartoons amusants. Cerise sur le gâteau, elle est disponible sous licence Creative Commons.

Conclusion

Je me suis rendu compte, avec ces présentations et le public averti qui y assistait, que l'utilisation et la connaissance des méthodes agiles en France était peut-être plus importante que je ne le pensais. L'agilité sort du bois[9], c'est réjouissant.

Mon petit regret, pour les présentations de Valtech, est qu'on continue à utiliser les termes MOA MOE, qui ne sont pas agiles.

Notes

[1] par exemple ici ou

[2] en français exigences pilotées par les tests. On peut imaginer que c'est une variante du TDDevelopment

[3] d'une itération

[4] Smits schématise cela avec un cycle en I

[5] Vérification d'Aptitude au Bon Fonctionnement et Vérification de Service Régulier

[6] le bilan du projet montre cependant que ces phases ont duré moins longtemps que prévu

[7] nous avons un projet de formation en commun

[8] comme je l'avais évoqué dans un billet il y a quelques mois

[9] tout à fait Thierry

Commentaires

1. Le lundi 29 octobre 2007, 11:07 par Eric

Bonjour Claude,

Merci pour tout ces commentaires très constructifs pour nous.
Avec ça, tu tiens la corde pour le bon d'achat Fnac ;-)

Eric

Il me reste encore le résumé de l'Open Space à publier... Claude
2. Le lundi 29 octobre 2007, 23:42 par Nicolas Charpentier

Bonsoir Claude,
Merci pour le commentaire sur notre session. En tant qu'orateur, c'est toujours intéressant d'avoir des retours sur nos préstations.
Positive ou plus nuancée, ce n'est que confronté à la critique que nous progressons.

A bientot,
Nicolas

La discussion continue ailleurs

1. Le jeudi 01 novembre 2007, 09:52 par Chiroa.com )))

Les Valtech Days 2007 : j1

La principale raison qui m’a poussée à faire rapidement sortir de sa grotte Chiroa.com, se sont les Valtech Days Paris 2007, organisés à la Défense les 23 et 24 octobre 2007. Je vais donc faire un retour sur cet événement...