Séparer le bon Scrum de la mêlée écroulée

... en vérifiant qu'on s'appuie sur de bons piliers

Comme Scrum est à la mode, beaucoup de monde s'y intéresse et le risque est d'en faire un usage très superficiel. Une lecture rapide d'une présentation de Scrum peut amener à penser, comme je l'entends parfois, que Scrum est déjà plus ou moins appliqué dans les projets. Ceux qui disent : on fait déjà du Scrum sans le savoir. D'un autre côté, une mise en oeuvre sans bases solides peut amener à une utilisation dégradée.

Joe Little[1] présente dans son blog le test Nokia. Ce test appliqué chez Nokia permet de savoir si une entreprise fait vraiment du Scrum plutôt que ce que Joe appelle de l'agile de cow-boy. Benoît dirait du maverick agile.

Première partie du test :

  • itérations de taille fixée et qui ne change pas et toujours moins de 6 semaines
  • logiciel qui fonctionne avec des tests effectués avant la fin des itérations
  • les itérations commencent sans attendre une spécification complète

Deuxième partie :

  • il y a un product owner bien identifié
  • il existe un backlog de produit avec des éléments ordonnés par priorité
  • les éléments du backlog de produit ont été estimés par l'équipe
  • l'équipe produit des burndown charts et connait sa vélocité
  • l'équipe n'est pas perturbée par un chef ou quelqu'un d'autre pendant l'itération

Il me paraît déjà bien, ce test, pour mettre en évidence les soi-disant utilisations de Scrum. Du Scrum partiel ou bâclé, cela ne me permet pas d'initier le mouvement, c'est comme une mêlée[2] qui s'effondre.

Notes

[1] ce bon vieux Joe, de Charlotte

[2] pour ceux qui l'ignorent encore, scrum est le mot anglais pour mêlée

Commentaires

1. Le jeudi 06 décembre 2007, 17:09 par jc-Qualitystreet

Jeff Sutherland en parle remarquablement bien sur InfoQ (Test Nokia + ses propres critères) ... une interview video (on SCRUM and no-SCRUMS) qui vaut le détour !
www.infoq.com/interviews/...