Un petit retour sur le SigmaT4

C'était le 14 décembre...

Entre 40 et 50[1] personnes ont participé à ce quatrième SigmaT. A noter qu'une seule personne-à part moi- a participé à tous les SigmaT : c'est Frédéric. Pas mal de nouvelles têtes cette fois-ci. Des nouveaux très sympathiques et enthousiastes pour l'agilité et la convivialité : l'apéro a commencé à 18h45 et s'est fini à 20h15 : il ne restait plus que du jus de fruit.

Après avoir rappelé l'esprit des SigmaT, j'ai fait une courte présentation de Scrum pour introduire la démonstration d'IceScrum. J'ai déjà parlé de cette nouvelle version dans un précédent billet. Je viens de la tester un peu plus sérieusement, et c'est prometteur, je pense qu'on aura quelque chose de pas mal du tout en mars.

Ensuite, c'était le tour des Labos Pierre Fabre qui ont présenté l'expérience qu'ils ont mené sur un projet, pour introduire de l'agilité dans un cadre CMMI niveau 2. C'était un bon retour d'expérience, montrant la vraie vie du développement d'une application d'un SI. Les présentateurs ont bien mis en évidence les difficultés rencontrées lorsqu'on essaie d'instiller des pratiques agiles dans un gros processus qui ne l'est pas, mais aussi les succès obtenus grâce à ces nouvelles pratiques. Je ne vais pas en dire plus, parce qu'Olivier a filmé la présentation et que nous espérons pouvoir diffuser la vidéo un de ces jours. Juste pour revenir sur le titre de la présentation, les pratiques agiles mises en oeuvre n'ont pas été interdites, ni bridées, ni jugées incompatibles par rapport au CMMI. Ouf !

La dernière partie était consacrée à l'importance du feedback. Après la présentation de Thierry, il y a eu aussi beaucoup de questions, mais paradoxalement plus nombreuses sur le risque d'avoir trop de feedback.

Ce que je retiens, à travers les questions et réactions sur les différents sujets, c'est la préoccupation de chacun pour intégrer l'agilité dans le cadre de son entreprise, et pas seulement celui d'un petit projet : comment s'accoster avec les processus existants, avec les outils existants, avec les autres projets non agiles, avec la qualité... Je vais proposer un sujet là-dessus pour le SigmaT5.

Je finis avec la rétrospective des SigmaT. J'ai bien noté qu'il fallait que je m'assure de la bonne qualité de l'image projetée par le vidéo-projecteur pour la prochaine fois : les couleurs du genre turquoise donnaient un gros pâté sombre avec le texte illisible[2].

Notes

[1] entre ceux qui arrivent en retard parce que c'est à 16 heures et ils travaillent et ceux qui partent avant la fin parce que c'est le week-end, difficile de compter

[2] ce n'est pas une consolation, mais c'était pareil lors de la projection aux RencontresAgiles 2007 à Paris, et pas que pour moi