Par Infoq, je viens de lire un article Well Formed Teams and Agile: An Opportunity to Thrive qui définit 3+2 attracteurs pour penser efficacement et constituer des équipes hyper-productives, comme dit Jeff Sutherland.

Etre guidé par le produit, travailler sur une chose à la fois en cycles courts (timeboxed) et garder le travail visible, ça fait partie de la base de Scrum. Le +2 est également favorisé par Scrum qui offre des canaux (la structure) pour favoriser les conversations.

L'article donne ensuite les caractéristiques communes des équipes qui sont considérées comme bien formées. La première est que l'équipe soit regroupée géographiquement dans un seul endroit (colocation). Je confirme absolument. Dans toutes les expériences récentes de mises en oeuvre de Scrum auxquelles j'ai participé ou qui me sont racontées, les difficultés les plus importantes sont venues d'équipes distribuées entre plusieurs locaux. Evidemment les problèmes sont décuplés si la distribution se fait sur plusieurs pays dans des continents différents, avec des horaires différents et des cultures différentes.

Ces organisations avec des équipes distribuées cherchent des palliatifs pour appliquer Scrum quand même, plutôt que de remettre en question la répartition des membres de l'équipe. Dommage que ce ne soit pas ceux qui connaissent Scrum qui décident...