Rapport de stage à l'arrache

L'année dernière à la même époque, je vous avais parlé de ma lecture des rapports de stage. Dans une sorte de rétrospective, j'y faisais un plan d'actions pour que les rapports de stage de 2008 soient rédigés de manière plus agile.

Les soutenances avaient lieu hier. Les étudiants ont tous bien réussi leur stage et ont été très appréciés. Mais concernant le rapport de stage, mes actions pour sa rédaction itérative et incrémentale n'ont pas été un grand succès.
Cette année, j'ai suivi 5 stagiaires. Parmi eux, 3 ont appliqué Scrum dans leur entreprise. Mais l'agilité n'a pas eu d'impact sur leur rapport de stage, ce sont ces 3 qui m'ont rendu le rapport le plus tard[1]

La qualité d'un rapport de stage sera améliorée s'il bénéficie du feedback de lecteurs, tout le monde est d'accord là-dessus. Malgré mes injonctions, cette pratique n'est pas bien appliquée. J'y vois plusieurs raisons :

  • les stagiaires s'impliquent complètement dans leur projet en entreprise et le rapport de stage n'est pas considéré comme faisant partie de ce projet. Il constitue un autre projet, individuel, qui est géré à l'arrache.
  • les étudiants établissent des priorités et, pour les plus calculateurs, le rapport de stage n'a que très peu de valeur. En effet ce qui a une valeur c'est la note du stage. Même avec un rapport de stage bâclé, la note reste suffisante pour eux.
  • certains souffrent de procrastination aiguë

Notes

[1] j'ai reçu le dernier à 2h53 le matin de la soutenance

Commentaires

1. Le jeudi 04 septembre 2008, 13:16 par Alexandre Boutin

Difficile d'évaluer la 'valeur' d'un document d'un point de vue utilisateur en comparaison de nouvelles fonctionnalités ?

Mais force est de constater que la documentation associée à la réalisation d'un item du backlog est souvent oubliée lors du sprint planning meerting ou alors n'est pas considérée comme faisant partie du 'done' de fin de sprint. Ce qui n'est par normal !

Pour autant, attention également à l'excès de documentation comme je l'ai indiqué dans un post de juin.

2. Le jeudi 04 septembre 2008, 15:34 par claude aubry

Ce que je veux dire, c'est que le rapport de stage n'est pas considéré comme inclus dans le projet que fait le stagiaire pour l'entreprise, mais comme un projet annexe, à destination de l'enseignant qui l'encadre. C'est à ce projet "rapport de stage" qu'ils donnent peu de valeur, ce qui explique que certains le font en vitesse au dernier moment.

C'est différent d'un document faisant partie du projet, comme par exemple un manuel utilisateur. Là je suis d'accord avec toi, il n'y a pas à considérer le document comme un élément du backlog de produit, le mieux est de l'inclure dans la définition de fini, ce qui pousse à le rédiger de façon continue.

La solution serait de considérer le rapport de stage comme partie intégrante du projet de l'entreprise, voire de le faire apparaître dans la définition de fini. Mais cela implique l'entreprise qui prend le stagiaire. Peut-être pour l'année prochaine...

3. Le mercredi 18 mars 2009, 19:13 par René Lenoir

N'oublions une fonction essentielle du rapport de stage : c'est une source importante de sourires voire de rires. La preuve : http://nouvellesbrevesdecouloir.blo...