Agilité et anarchie

En souvenir de Léo Ferré
Amour Anarchie

On trouve toujours des informations intéressantes sur le blog de Fabrice. Par exemple dans son dernier billet, où il fait une rétrospective de l'Agile tour Toulouse, j'y ai appris que Rachel avait un blog "Agile & creative product management". Bonne nouvelle.

Mais c'est d'une citation qui a aussi attiré mon attention dans la rubrique "Lessons..." dont je vais vous parler aujourd'hui :

"L'anarchie, c'est l'ordre sans le pouvoir (Léo Ferré)."

J'ai tout de suite reconnu un extrait de la présentation de Thierry (et Angèle) sur XP : le projet social. Je n'ai pas assisté à leur présentation jeudi, mais j'étais à celle de Thierry à Genève pour Soft-shake : 10 ans d'agilité. Thierry avait déjà repris cette citation, attribuée à Léo Ferré. Cela m'avait un peu titillé, mais je n'ai pas eu l'occasion d'en parler avec lui : si nous avons fait ensemble 700 kms en voiture pour nous rendre à la conférence de Genève, nos routes du retour ont divergé.

Je ne crois pas que ce soit Léo Ferré qui ait prononcé cette phrase et une rapide recherche sur internet m'a conforté dans ce sens[1]. Léo Ferré a plutôt dit :

le désordre, c’est l’ordre moins le pouvoir.

Ce qui n'est pas pareil. On retrouve bien la première citation sur la page anarchie de Wikipedia, mais elle n'est pas attribuée à Ferré[2]. Léo Ferré a dit beaucoup de choses sur l'anarchie, mais dans la mouvance, il semble se situer plutôt du côté du désordre que de l'ordre.

Comme c'est avant tout un poète, il a dit :

L'anarchie est la formulation politique du désespoir

Il a aussi dédié une chanson aux anarchistes : y en a pas un sur 100 et pourtant ils exiiiiiiistent, les anarchiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiistes.

Chanson pas très rock'n roll. Pourtant Léo Ferré a eu une période rock. En fait on disait pop.

Je l'ai vu sur scène à cette époque là, quand il se produisait avec le groupe Zoo. Je crois me souvenir que c'était à Vittel et que cela avait été houleux, comme tous les concerts de Ferré à cette époque. Il y avait des pseudo-anarchistes qui à l’extérieur revendiquaient la gratuité de l’entrée et, qui une fois entrés, faisaient de la provocation.

Ils avaient -semble t-il- eu du mal à digérer les idéaux et les principes de l'anarchie, en ne retenant que ce qui les arrangeait.

Avec l'agilité, on risque aussi de rencontrer des pseudo-agilistes qui digèrent mal les valeurs et les principes...

Notes

[1] voir cet article d'AgoraVox

[2] ce qui n'enlève rien à la force des présentations de Thierry