Dans mon livre Scrum pour une pratique vivante de l'agilité, je pense qu'une bonne moitié de l'ouvrage est consacrée à autre chose que Scrum. J'y parle de Kanban, d'Extreme Programming, de Lean Startup, d'Impact Mapping, de Story Mapping, de LeSS, de Management3.0, de permaculture, de systémique et aussi de jeu, de saison et de prélude.

Mais avec un titre dans lequel figure Scrum, il m'est difficile de passer pour un défenseur de l'agilité agnostique (ce que je pense être, j'ai d'ailleurs signé le serment dont je reprends le terme).

Pour le nouveau livre "L'art de devenir une équipe agile" (qui sort jeudi), je n'hésite pas avec l'agnosticisme. Plus j'avançais dans l'écriture, plus je retirais de l'influence de Scrum. Bien sûr j'utilise le vocabulaire courant, qui est souvent issu de Scrum. Bien sûr le mix agile que suit l'équipe PermaBio inclut des notions de Scrum.

Cependant ma position est que pour devenir agile, il y a plusieurs chemins possibles et que c'est à l'équipe de choisir celui qui va bien dans son contexte. Le chapitre 6 aide à trouver son chemin, voire à le retrouver si on s'est perdu.