Contextualiser Scrum

Pour utiliser le cadre Scrum, il faut d’abord y insérer des pratiques complémentaires, variables selon le domaine, et adapter le tout au contexte.

Contextualiser Scrum est le chapitre 13 dans la 4e édition de mon livre.

Voilà ce que j'ai écrit en introduction du chapitre :


Ce chapitre n’est pas à cette place par hasard. Il vient après la présentation de ce qui constitue le cadre Scrum.

Un cadre, ce n’est pas une méthode, encore moins une méthodologie ou un processus complet qu’on pourrait « instancier » pour l’appliquer directement. Pour utiliser Scrum, il faut d’abord compléter ce cadre avec des pratiques complémentaires, variables selon le domaine, et adapter le tout au contexte.



Pour les compléments, il est naturel d’aller voir des pratiques issues d’autres disciplines, comme la définition de produit, la gestion de projet et l’ingénierie du domaine concerné. Dans ce chapitre, nous allons étudier comment caractériser le contexte pour en déduire des pratiques Scrum à adapter et des pratiques « non Scrum » à ajouter.

Pratiques agiles

La notion de pratique est centrale pour l’adaptation de Scrum : à côté des valeurs et des principes agiles, qui sont universels, les pratiques varient avec chaque situation.

Une pratique est une approche concrète et éprouvée qui permet de résoudre un ou plusieurs problèmes courants ou d’améliorer la façon de travailler lors d’un développement.

Exemple : la revue de sprint, avec sa démonstration.

Pratiques Scrum

Dans le cadre Scrum, on peut identifier une quinzaine de pratiques, qui correspondent grosso modo aux chapitres du livre :

  • Les rôles : Product Owner, ScrumMaster, équipe auto-organisée.
  • Les événements : sprint, affinage du backlog, planification de sprint, mêlée, revue de sprint, rétrospective.
  • Les artefacts : incrément de produit, backlog, liste des obstacles.
  • Les définitions de prêt et de fini[1].

Une équipe est censée appliquer tout cela pour être qualifiée d'équipe Scrum. C'est aussi ce que dit le guide Scrum 2013.

Dans la suite du chapitre, je présente en détail ce que signifie contextualiser :

  • caractériser le contexte, à travers une dizaine d'attributs,
  • étudier l'impact de ce contexte sur la pratiques,
  • adapter les pratiques Scrum (celles ci-dessus),
  • ajouter (et adapter) d'autres pratiques. J'en présente certaines dans les chapitres suivants : impact mapping, story mapping, bdd, planification de release, pratiques XP, etc..

Ce n'est pas parce qu'on ajoute des pratiques au cadre que cela ne s'appelle plus Scrum. J'entends parfois dire que Scrum n'est pas suffisant. Ce n'est pas que Scrum est insuffisant, c'est qu'il est prévu pour être complété, c'est un cadre : il faut le remplir.

Note

[1] À noter que je ne mets pas la définition de fini (et de prêt) dans les "artefacts", c'est quelque chose de différent.