Critères VRAC pour la priorité dans le backlog

Les critères VRAC

Prioriser est un néologisme souvent utilisé, et pas que pour un backlog. Avec Scrum, on dit que le PO priorise les éléments du backlog. Bien qu'en fait, il les ordonne.

Mais sur quels critères se base t-on ?

Dans l'édition 4 de mon livre, chapitre Affiner le backlog, § Revoir l’ordre, page 89, je résume ainsi :


L’ordre (ou priorité ordinale) correspond au rang définissant la séquence de réalisation des stories. L’équipe s’appuie sur les critères valeur, taille et dépendances pour définir l’ordre.

  • La valeur est la somme de la «valeur métier» et de la «valeur de connaissance», ce que la story permet d’apprendre, permettant de réduire un risque fonctionnel ou technique.
  • La taille est celle qui est estimée dans l’activité précédente.
  • Les dépendances sont de trois sortes, elles portent sur d’autres stories, sur les gens qui peuvent réaliser la story, ou sur une échéance temporelle.

Pour se souvenir de ces critères, j'avais testé le moyen mnémotechnique V2TD3. Pas terrible.

En adaptant légèrement, voici VRAC :

  • Valeur, celle qu'on procure aux utilisateurs
  • Réduction des risques
  • Apprentissage, grâce au feedback obtenu sur une expérimentation
  • Coût, déduit de la taille des éléments

La formule (V+R+A)/C ne peut pas être utilisée de façon mécanique. Il faut tenir compte des dépendances (sur une story, une personne ou le temps). Et surtout il faut de la réflexion pour percevoir la valeur.

Une approche alternative pour prioriser est de focaliser sur la dépendance temporelle, avec la notion de coût du retard (cost of delay), ce sera l'objet d'un prochain article.

Prioriser, en VRAC ou pas, c'est au programme du prochain Cube à Toulouse, le 23 février. C'est le moment de s'inscrire.