Different every time

wyatt.jpg

Je viens de finir l'excellente biographie de Robert Wyatt, Different every time, écrite par Marcus O'Dair et publiée par Le Castor Astral.

C'est avec Matching Mole, l'album aux 2 taupes, que j'ai découvert la voix inoubliable de Robert Wyatt. Je savais, qu'avant Matching Mole, il avait fait partie de Soft Machine.

Soft Machine était connu, mais sa musique beaucoup moins, en tout cas pour moi. En lisant Different Every Time, je comprends mieux la réputation du groupe. Une des raisons, que j'ignorais, était que le Soft avait fait 2 tournées aux US en première partie de Jimi Hendrix.

Quand j'ai assisté au concert de Soft Machine au Palais des Sports de Metz en novembre 1974, Wyatt en était parti depuis longtemps. Ce que je ne savais pas et que j'ai appris en lisant cette bio, c'est qu'il s'était fait vider du groupe et qu'il en fut profondément marqué.

À propos de ce concert de Metz, je n'en garde pas un très bon souvenir. L'ambiance était plutôt agressive et la musique me parut hermétique. J'avais préféré, entre autres concerts, Led Zep à Nancy, même si je n'étais pas non plus un vrai fan à l'époque.

La deuxième partie du livre raconte la deuxième vie de Robert, celle d'après l'accident qui l'a rendu paraplégique. Il était batteur et a continué à faire de la musique sans ses pieds. Sans groupe attitré non plus, mais en collaborant à beaucoup d'initiatives de genres variés.

Parmi ses albums solos, j'ai écouté en boucle Rock Bottom-je l'écoute toujours, et j'ai aimé Shleep et Comicopera.

Robert a réussi à toujours être différent à chaque fois, c'est le titre de sa bio, et c'est pour ça que, de mon point de vue, il représente bien l'image du rock, celle qui figure dans le diaporama de mon blog.

Surtout que, si sa musique a évolué, Robert Wyatt est resté fidèle à ses valeurs, qui sont fortes. Le livre montre à quel point il s'est engagé.

Un sacré bonhomme !

Voici quelques morceaux qui accompagnent sa biographie :