Gymkhana dans Rupture douce, partie 5

Libérons l'Agilité et le Lean Startup pour cultiver des organisations non commerciales.

Cinquième extrait de Gymkhana, construire ensemble et autrement des idées citoyennes, histoire écrite à deux mains avec Stéphane Langlois, publiée dans Rupture Douce 3, libérons l'Agilité.


Remue-méninges à Castanet-Tolosan

À deux pendant une semaine, avec force cafés et post-it, nous avons cogité à l’organisation des ateliers en creusant la piste consistant à utiliser des activités ludiques, fédératrices, pour produire un tout cohérent et actionnable.

Nous souhaitions conserver un artefact holistique et visuel, dans l'idée du canevas de Running Lean d'Ash Maurya, que présente Nicolas dans son histoire « Libérez-vous, n'ayez pas peur de l'échec », dans cette même saison de Rupture Douce[1].

Les jeux offrent une résolution tactique élégante. Pendant les ateliers ludiques, un groupe converge facilement vers des propositions collectives sans partir dans les discussions infructueuses ou dans les monologues.

Nous avons donc identifié des jeux dédiés à chacune des sections du canevas. Nous nous sommes rendu compte que parfois un jeu répondait à plusieurs sections, parfois une section pouvait être couverte par plusieurs jeux. Cela n'était pas un problème, au contraire, il nous semblait intéressant de proposer des alternatives dans la couverture du canevas.

Canevas en action Le lean canvas en action

L'approche running lean, ainsi adaptée, apportait une réponse stratégique qui réglait le problème de morcellement en produisant une vision unifiée du produit.

Un gros problème subsistait : cette approche est résolument commerciale et orientée profit, alors que nous visions l’utilité citoyenne et le bien commun. Nous avons encore modifié, ou plutôt bidouillé les ateliers et le canevas, et cette nouvelle formule a été baptisée gymkhana.

À cette étape, l'approche apparaissait séduisante. Nous l'avons d'abord vérifiée entre nous, en simulant à deux le déroulement typique de la journée. Ce premier niveau de feedback nous a permis d'ajuster l'accostage des jeux au canevas, de préciser la façon d'embarquer les idées des participants. Nous étions rassurés sur la faisabilité, il nous restait à tester concrètement cette nouvelle formule.

Ce serait à l'occasion de la rencontre open bidouille de Bordeaux.


Vous trouverez l'histoire complète, celles des entreprises libérées et plein d'autres, dans Rupture Douce le livre.

Note

[1] et qu'on retrouve dans Mon odyssée Lean Startup.