Justification de l'intérêt des méthodes agiles

Pour obtenir plus facilement une formation, un de mes prospects me demande une justification des méthodes agiles, à destination des personnes qui gèrent le budget. Alors voilà.

On peut définir[1] une méthode agile comme une démarche pour développer du logiciel :

  • de manière itérative et incrémentale,
  • par des équipes responsabilisées s’appuyant sur un cérémonial documentaire minimal mais pratiquant une collaboration poussée,
  • avec l’objectif de répondre, dans un délai contraint, aux besoins –qui peuvent changer- des utilisateurs,
  • tout en produisant du logiciel de grande qualité.

Les méthodes agiles, c’est de l’ingénierie du logiciel

Les méthodes agiles sont apparues il y a une dizaine d’années et on émergé progressivement dans le domaine du développement de logiciel. Les pratiques mises en œuvre apportent une réponse nouvelle aux problèmes fréquemment rencontrés dans les projets. Utilisées à bon escient, elles ont fait leurs preuves ; elles ont désormais vocation à faire partie du bagage que se doivent de posséder les personnes impliquées dans le développement.

Les méthodes agiles sont maintenant enseignées dans les universités et les écoles (au même titre que, par exemple, Merise il y a 30 ans et UML il y a 15 ans). Par exemple, à Toulouse, l’IUP d’ingénierie des systèmes informatiques comporte un module complet dédié aux méthodes agiles.

L'agilité est un mouvement majeur

Il existe une multitude de livres, d'articles, de retours d'expérience, de conférences, de blogs, d'offres de services qui montrent la vitalité des communautés gravitant autour des méthodes agiles. On trouve maintenant de nombreuses offres d’emploi mentionnant Scrum et agile. Le mouvement n’est pas confiné à quelques startups dans le web. Les méthodes agiles s’appliquent potentiellement dans tous les domaines et toutes les entreprises sont concernées.

L'agilité apporte de la valeur

Au delà de l’effet sur la productivité et la qualité, les méthodes agiles ajoutent une dimension supplémentaire au succès d'un projet : la maximisation de la valeur produite par le logiciel. Cet argument, majeur d'un point de vue économique, s’explique par la mise en œuvre de quelques principes, comme les livraisons fréquentes, l'implication des clients, la gestion des priorités basées sur des estimations de valeur et de coût.

Tout le monde y trouve un intérêt

En plus de cette recherche continue de la valeur, chaque rôle dans l'organisation trouvera dans l'approche agile ses propres bénéfices :

  • La direction appréciera l'accent mis sur le retour sur investissement et sur la pérennité du logiciel pendant toute sa durée de vie.
  • Les clients apprécieront d'avoir la possibilité d'adapter, même pendant le développement, le logiciel aux besoins métier –ils peuvent changer d’avis- et de pouvoir donner leur feedback, grâce à l'accès régulier aux versions fonctionnelles réalisées.
  • Le management du projet appréciera d'avoir une meilleure visibilité sur l'avancement réel, grâce à une plus grande autonomie de l'équipe et à son engagement sur des objectifs précis.
  • L'équipe appréciera d'être plus responsabilisée, avec plus de liberté pour créer, et la promesse d'une meilleure qualité de vie grâce au renforcement de l'esprit collectif et de la camaraderie.

Les enquêtes montrent que cela fonctionne. Il en existe maintenant de significatives ; le lecteur pourra se référer à une compilation des bénéfices constatés, incluant une enquête faite en France.

En résumé

L'agilité est la capacité à répondre au changement, et même à le favoriser, pour mieux s'adapter à l’environnement qui est de plus en plus turbulent : dans notre époque de l'information, l'avantage compétitif vient de la vitesse et de la flexibilité[2].

L’agilité permet à une organisation de réagir et de s’adapter aux changements dans son environnement, et de le faire à un rythme ajusté à celui de ces changements[3].

Réussir la mise en pratique passe par la formation

Pour bénéficier rapidement des avantages des méthodes agiles, les organisations doivent mettre en place une conduite du changement dont la première composante est la formation.

Les retours d’expérience montrent qu’une bonne formation des praticiens et l’accompagnement des équipes constituent la meilleure garantie d’efficacité quand on introduit les méthodes agiles.
La formation facilite l’acquisition de la nouvelle culture et prépare à l’adaptation au contexte particulier de chaque organisation.

Nouvelle culture

Avec ses valeurs et ses principes définis par le Manifeste agile, l’agilité peut-être considérée comme une nouvelle culture du développement. Pour de nombreuses organisations, l’adhésion a cette culture ne se fait pas naturellement. Il importe de tenir compte des aspects culturels dans la formation pour limiter la résistance au changement lors du passage à l'agilité : on ne change pas facilement de culture.

Adaptation au contexte

On peut trouver intéressante l'approche agile mais ne pas être rassuré quant à son application dans son organisation. Il faut savoir comment l’appliquer dans le contexte toujours particulier d'une entreprise.
Un risque inverse est d’appliquer une pratique sans discernement, simplement parce qu’elle a fonctionné ailleurs.
Il s'agit donc de connaître son contexte pour adapter les pratiques agiles. La formation permet de se mettre en situation pour définir les pratiques à mettre en place avant de commencer la première expérience avec une méthode agile.

Notes

[1] adaptation de la définition de Scott Ambler, qui figure dans mon livre Scrum.

[2] d'après Jim Highsmith.

[3] d'après Philippe Kruchten.

Commentaires

1. Le mardi 29 juin 2010, 07:37 par Tatiana

Bonjour,

Je relèverais votre titre "Les méthodes agiles, c’est de l’ingénierie du logiciel" pour y apporter une petite modification. Je pense que l'on peut généraliser en disant que les méthodes agiles, c'est de l'ingénierie de projet à forte valeur ajoutée.

ça me va bien

J'étudie en ce moment (notamment par la lecture de votre livre - en cours de lecture pour les statistiques) la possibilité d'appliquer les principes de l'agilité à d'autres domaines que les SSII, voir à tous les domaines. Quand une idée est bonne, pourquoi ne pas l'exploiter ?!

tenez-nous au courant !
2. Le jeudi 01 juillet 2010, 16:39 par Mathieu

Alors vous devriez vous intéresser aux ressources de Jeff Sutherland (fondateur de Scrum). Notamment sa femme qui est pasteur(e?) et applique Scrum dans son église !

Attention, c'est peut-être une secte !
3. Le vendredi 16 juillet 2010, 10:23 par Arnaud

Bonjour

En cours de "migration" vers les méthodes agiles, les principaux écueils que je rencontre au sein de ma société sont les commerciaux. Ces derniers n'arrivent pas à appréhender la façon de valoriser (vendre en clair ;) ) une méthode Scrum.

Ils préfèrent une analyse + chiffrage "gravé dans le marbre" à l'ancienne. L'intégration continue leur pose problème. Quelle est la clé de vente des méthodes agiles. Comment facturez-vous ? Existe t'il une source expliquant le scrum et la façon de promouvoir/vendre les méthodes agiles pour les commerciaux.

Cordialement

Lors d'une de mes dernières formations, il y avait un commercial, en plus des personnes impliquées dans le développement. Les commerciaux en formation, c'est une bonne solution pour qu'ils comprennent bien l'avantage compétitif des méthodes agiles.
4. Le lundi 02 août 2010, 15:34 par Jap

Bonjour Arnaud, peut être trouveriez vous quelques éléments de réponse ici : http://scrumfactory.dreamhosters.co...

A+