La certification Scrum encore plus discréditée

Ceux qui lisent ce blog ou suivent ce qui se passe autour de Scrum savent depuis longtemps que la (pseudo-)certification Scrum est controversée et la Scrum Alliance critiquée pour son opacité.

Un espoir de rénovation avait été entrevu quand Tobias Mayer, connu pour son attachement aux valeurs et son intégrité, avait rejoint le board il y a quelques mois comme Creative Director. Las, il annonce dans un billet récent "The Scrum compliance" qu'il rend son tablier et renonce à toutes ses certifications. Son jugement est très sévère :

The SA is the archetypical unScrum organization, a big lumbering machine, intent on maintaining its status quo, valuing profit over service, control over trust, and engaging in operating practices that are opaque, undemocratic and lacking in integrity.

En France, on peut ajouter comme inconvénients supplémentaires la distance et la différence culturelle.

L'Institut Agile a une position claire sur le sujet : défavorable à toute démarche de certification[1] ou de labelisation qui induirait des dérives ou des divisions.

On pourrait m'accuser de plaidoyer pro domo puisque je propose des formations Scrum. Je n'en ai pas besoin : mes formations marchent très bien en ce moment. Non, ceux que je veux défendre, ce sont les participants à ces formations.

Imaginons qu'ils soient en concurrence pour un emploi ou une participation à un projet avec d'autres qui auraient mis sur leur CV "scrumMaster certifié". Il serait très injuste que des recruteurs considèrent cela comme un avantage compétitif.

C'est donc à ces recruteurs que je m'adresse pour dire à ceux qui ne le savaient pas encore que, dans ce cas là, certifié signifie simplement avoir assisté (en principe) à une formation de 2 jours [2], peut-être en anglais.

Pour finir par un clin d'oeil : pour le CV, on peut suivre la proposition de Jlase dans les commentaires de mon livre chez Amazon :

je pense changer mon CV pour remplacer "SM Certifié" par "j'ai lu le livre SCRUM".

Notes

[1] à relire : UncleBob sur le gaspillage de temps que ça représente

[2] je ne dirai pas formation certifiante, j'ai toujours considéré que c'était une hérésie d'accoler ces 2 mots, en plus du fait que ce soit du mauvais français

Commentaires

1. Le jeudi 14 octobre 2010, 09:34 par Nicolas

Pour ma part, comme pour tout type de certification, rien de vaut plusieurs années de pratique plutôt qu'une certification "administrative".

2. Le jeudi 14 octobre 2010, 11:46 par Nicolas ERCOLANO

Je suis moi-même sceptique sur la certification. Il s'agit surtout de "gonfler" artificiellement ou non son CV, et la qualité de la formation reste à démontrer. Mais même ceux de mes collègues qui étaient contre cette certification l'ont "achetée", justement pour les raisons évoquées : Ne pas l'avoir peut se transformer en désavantage au moment du recrutement.
J'ai par ailleurs lu ça sur Scrum-Breakfast.com (qui semble par ailleurs assez content de sa certification CSP) :
"There are some 25'000 CSMs out there and only about 800 CSPs. So there is some exclusivity in being a CSP. But... a search of Monster.com produced exactly 59 jobs for a Scrum Master, 7 jobs postings requiring a CSM. I found one requiring "CSP equivalent", but it had expired. Conclusion: doesn't appear to be a career move."

3. Le jeudi 14 octobre 2010, 22:50 par Hugues

Claude, je t'ai fait part récemment de mes commentaires sur ta formation et une formation certifiante.
En résumé , pour les autres, si votre but est seulement d'avoir le tampon, dirigez-vous vers une certification certifiante. Si votre objectif est de découvrir toutes les facettes de Scrum, la formation de Claude répond très bien à cet objectif. A vous de faire votre choix en fonction de votre priorité. Mais, n'oubliez pas que la certification ne fait pas tout : il faut pratiquer avant de se considérer ScrumMaster...

4. Le jeudi 14 octobre 2010, 23:37 par Oaz

Ironiquement, l'argument concernant la compétition sur le marché de l'emploi plaiderait presque plus, à mon avis, pour l'existence de certifications.

Si je devais rechercher un poste de ScrumMaster ou équivalent, je commencerais par *éliminer* les offres d'emploi qui mentionnent la certification. Les sociétés qui les ont publiées ne sont certainement pas celles où j'aurais envie d'aller.

De même qui aurait envie de travailler pour un recruteur qui donne de la valeur à ces certifications ?

Reconnaissons donc au moins à celles-ci un rôle sanitaire !

5. Le vendredi 22 octobre 2010, 11:53 par FredVandaele

J'ai eu le plaisir de découvrir Scrum grâce à la formation CSM donnée par Tobias Mayer, ce fut passionnant ! C'est parce qu'il y avait une certif à la fin de la formation que mon employeur a accepté de financer celle-ci. Ne confondons donc pas moyen et objectif.

La formation CSM est a mon avis bien loin de toute lecture de bouquin sur le sujet! Et la pratique est l'étape suivante sur le chemin de l'agilité.