Cette semaine, j'anime avec Pablo un nouveau Raid Agile. Nous avons commencé il y a un peu moins de 2 ans. Le premier était déjà organisé dans le grand gîte du Mas du Canton où nous serons encore, pour la 6e fois[1]. Ce qui est le signe que ça marche.

Un facteur qui contribue à la réussite de cette formation atypique, c'est de commencer par installer les participants (y compris les animateurs) dans un cadre bienveillant.

On retrouve là ce que ModernAgile présente comme un prérequis (en bleu)[2].

modern.jpgLe cadre bienveillant est déjà donné par le décor : les Cévennes, le gîte dans une ancienne magnanerie, la salle commune, la terrasse, la piscine, le terrain de pétanque, etc.

Il est complété par le format : tout le monde reste sur place, on mange ensemble, on joue (si on veut) le soir, on garde du temps libre.

La bienveillance, pour que tous les participants (y compris les 2 animateurs) se sentent en confiance et s'expriment librement, est consolidée par la pédagogie : pas de slides, des ateliers en petits groupes, des conversations en marchant, des mini forums ouverts, etc.

Grâce à ce cadre bienveillant, nous pouvons œuvrer au-delà des pratiques, sur les croyances, autrement dit sur la culture.

Je finis avec l'histoire d'Alice, qui est d'abord venue vers moi pour avoir une formation 'officielle' scrum. J'ai réussi à orienter sa demande initiale et à la convaincre de venir au Raid de juillet 2015. Un an plus tard, et le Raid y est probablement pour quelque chose, Alice vient d'organiser avec brio (et succès) le premier Agile Pays Basque.

Notes

[1] Nous organisons aussi désormais le Raid Agile Tribal.

[2] Pour en savoir plus sur ce ModernAgile et sur les plaisirs de la traduction, lisez ce billet d'Eric Siber.