Le story mapping, ma préface

Le livre de Jeff Patton a été traduit pour une publication chez Dunod. En français, le titre est simplement "Le story mapping".

Livre "Le story mapping"

J'ai participé à la relecture du texte traduit et j'ai eu le plaisir d'écrire la préface pour l'édition française.

Voici la première partie.


Je n’ai jamais rencontré Jeff Patton. Je ne sais même pas s’il est de la famille du général. Mais je l’aime bien.

Ce n’est pas parce que j’ai échangé quelques tweets et mails avec lui, car cela ne remplace pas une conversation directe, ce que vous comprendrez comme jamais en lisant cet ouvrage. C’est la lecture de ses articles, puis de son livre, qui m’ont donné à croire que c’était un bon gars, ce Jeff.

Mon hypothèse se base, notamment, sur le fait qu’il cite volontiers le rock’n roll. Par exemple, dans l’article « Don’t Know What I Want, But I Know How to Get It », il a réussi à mentionner les Sex Pistols et les Rolling Stones. Bon, dans une vidéo, il y avait aussi les Spice Girls, ce qui montre que Jeff a ses faiblesses, mais il le reconnait volontiers.

Il sera beaucoup question de conversations et d’hypothèses dans Le story mapping, mais d’abord de la pratique qui a donné le titre. Le story mapping est devenu célèbre suite à un seul article de Jeff, écrit en 2008 « The New User Story Backlog is a Map ».

Cela a suffi pour convaincre les agilistes que cette pratique serait un bon complément au « backlog Scrum ». Avec une liste d’éléments, tous au même niveau, le backlog est plat, tandis que la carte apporte, avec une nouvelle dimension, la « big picture » nécessaire aux personnes impliquées dans le développement.


à suivre

J'utilise beaucoup la technique du story mapping ces jours-ci. Cela est très efficace pour découvrir le produit ensemble, pendant le sprint zéro. Le fait d'avoir relu tout le livre en français a probablement contribué à affiner ma façon de faire. J'y vais toujours avec ma ficelle maintenant.

À noter que, dans son dernier billet, Pablo évoque le story mapping. Nous l'utilisons avec des objectifs différents. Les participants du Raid Agile, où un atelier y est consacré, peuvent ainsi voir ce que donne une story map selon deux points de vue.

Le livre de Patton va bien au-delà de la technique du story mapping, c'est ce que nous verrons dans un prochain billet.