Le burndown chart montre bien ce qui reste à faire, mais on n'y voit pas les évolutions de périmètre. Il y a 2 ans, j'avais présenté l'intérêt du burnup à 2 courbes pour pallier ce manque du burndown.

J'avais fait un schéma à la main pas très beau. Maintenant qu'IceScrum produit plein de graphiques, dont le burnup, j'en profite pour réactualiser sa présentation.

Le burnup chart

Le burnup présente 2 courbes :

  • la verte qui est fini
  • la bleue le périmètre du projet

Pour chaque sprint, ce graphique demande de collecter 2 valeurs pour construire ces courbes. Les valeurs sont en points (les fameux story points), donc seules les stories qui ont été estimées sont prises en compte.

La courbe de fini est en fait le cumul de vélocité, elle ne descend jamais (il n'y a pas de vélocité négative !)

La courbe qui montre le périmètre est calculée en faisant le total des points de tout ce qui est dans le backlog de produit, ce qui est fait, comme ce qui reste à faire. Elle peut monter mais aussi descendre : si on supprime des stories qui avaient été déjà estimées, si on ré-estime à la baisse. Dans le cas d'un projet à périmètre bien défini au départ, elle peut rester plate. Mais en général elle monte.

Il est tout à fait possible que les 2 courbes montent en parallèle, cela veut simplement dire qu'on ajoute des éléments dans le backlog au même rythme que leur réalisation dans les sprints.

La distance horizontale entre les 2 courbes est le temps de cycle, défini dans le Lean Software comme la durée entre la collecte du besoin (dans le schéma, c'est le sprint où la story est placée dans le backlog et estimée) et sa mise à disposition dans le logiciel (ici le sprint où la story est finie).