Le modèle Agile Fluency actualisé

Agile Fluency light.jpg

Diana Larsen et James Shore avaient publié Agile Fluency en 2012, presqu'en catimini. Pas de site pour l'annoncer, juste un article assez condensé, hébergé par Martin Fowler. C'est toujours chez Martin que, 6 ans plus tard, est publiée une version actualisée du modèle Agile Fluency.

Diana et James ont, entre temps, enrichi et développé leur modèle. Il y a maintenant un site et des formations. Agile Fluency™ est même devenu une marque déposée et distribue des licences à des facilitateurs de diagnostic.

Le modèle est intéressant pour définir ses attentes vis à vis de l'agilité, en termes de bénéfices, et se rendre compte des efforts à fournir. Il pousse à réfléchir au pourquoi et au quoi avant le comment. Il donne un cap.

J'en parlais à l'occasion du premier Raid Agile et nous avons présenté Agile Fluency à chacun des raids. Nous avons joué un atelier mis au point ensemble, avec du Led Zeppelin inside.

Pablo a présenté la session "Perspective plutôt que framework" à Agile France 2017 et écrit plusieurs articles sur le sujet.

Le modèle Agile Fluency figure dans l'édition 4 de mon livre, dans le dernier chapitre Transformer les organisations.

Cette mise à jour significative est intervenue quelques jours avant le dernier moment possible pour modifier le contenu de la 5e édition. J'ai pu en tenir compte juste à temps. Pour cela, j'ai traduit le modèle en français[1].

Dans cette édition 5, le chapitre 22 s'appelle Pérenniser une pratique vivante de l'agilité; j'y présente le modèle Agile Fluency associé au kata d'amélioration lors des rétrospectives de saison. Une variante de We're gonna groove.

Dans cette nouvelle mouture de Fluency, il n'y a plus d'étoiles comme au ski, mais des zones comme en permaculture. La zone Optimisation correspond aux promesses de l'agile, et comme nous le verrons lors de Sea, Scrum and Sun, cela implique une évolution de la structure de l'organisation.

Voici la version complète du schéma :

Agile Fluency.jpg

Note

[1] Merci à Laure Molnes et Fabrice Aimetti pour leur aide précieuse.