Lecture au klub : Lean Entreprise

Le livre choisi pour le klub d'octobre était donc : Lean Enterprise: How High Performance Organizations Innovate at Scale de Jez Humble, Joanne Molesky, Barry O’Reilly.

Un gros livre. En anglais, ce qui n'a pas attiré les foules. Mais, bien que je fusse le seul à l'avoir lu entièrement (et sur mon smartphone !), la discussion s'est avérée passionnante.

Un livre qui présente plein de choses, certaines dont je parle régulièrement sur ce blog et dans mon livre (le développement agile, impact mapping, lean startup, kanban) et d'autres un peu moins (design thinking, value stream mapping, devops).

Un livre qui propose une approche agile sur toute la chaine de valeur (du lean startup au continuous delivery) en la présentant comme scientifique, ce qui me plaît bien. Attention rien à voir avec le management scientifique de Taylor, ici la méthode scientifique s'applique au développement de produit, aussi bien en exploration (avec le lean startup) qu'en exploitation : faire des hypothèses et les vérifier au plus vite.

Si la science est largement évoquée, les gens ne sont pas oubliés. La dernière partie s'attaque à la transformation des organisations.

Par rapport aux 2 camps opposés que je présente dans Scrum mon scrotum, les auteurs ne sont clairement pas dans celui des néocons : ils s'appuient sur les basiques de l'agilité et du lean. En particulier revient de façon appuyée l'improvement kata comme outil systématique d'amélioration. Pas de process.

Un livre dont le sous-titre est How High Performance Organizations Innovate at Scale qui ringardise les gros frameworks comme SAFe, simplement en montrant qu'on n'en a pas besoin pour passer à l'échelle. Je suis content d'y retrouver l'importance donnée aux impacts, que je mets en avant dans mon livre dans plusieurs chapitres (par exemple page 273, pour préférer une liste d'impacts à un backlog de stories pour suivre le travail de plusieurs équipes).

Bref, un livre riche, plein d'idées, probablement trop parfois, et d'exemples.

Comme idées que je vais essayer rapidement :

  • l'impact mapping, abondamment cité, est présenté comme un outil pour définir le but de l'itération. Comme j'insiste beaucoup (et avec succès maintenant) sur la notion d'objectif du sprint et que j'aime l'impact mapping, une expérimentation s'impose.
  • l'improvement kata, encore plus cité, est un outil d'amélioration pour lequel on définit la cible (l'objectif) mais pas le comment, qui est traité de façon itérative. Comme je constate que lors d'une rétrospective, il est particulièrement difficile d'obtenir un plan d'actions, je me dis que ce serait mieux de le laisser émerger par l'équipe, et d'en rester à un objectif mesurable, qui serait inspecté et adapté tous les jours lors de la mêlée. C'est ça le kata.

Le scribe de Cyrille :