Les décisionnaires

Le 23e commentaire de mon livre Scrum sur Amazon m'a interpellé.

Le voici :

Je trouve que c'est un très bon livre pour comprendre Scrum. Cependant, en tant que développeur, lire ce livre m'a beaucoup frustré car beaucoup d'anti pattern présents dans ce livre étaient présents dans les différents projets auquel j'ai participé. Et malheureusement, pour avoir tenté d'améliorer les choses, je me suis bien cassé les dents et ai compris que ceux sont les décisionnaires qui décident le Scrum qu'ils veulent mettre en place.

=> Livre à mettre surtout entre les mains des décisionnaires eu sein des entreprises

Le titre du commentaire, c'est : Bon livre, mais frustrant si vous êtes développeur

Je sais gré à ce commentateur anonyme d'avoir dit décisionnaire plutôt que décideur, un mot que je n'ai jamais aimé.

D'après lui ce sont donc les décisionnaires qui décident (sic) le Scrum qu'ils veulent mettre en place. Je pourrais lui répondre que s'il avait bien lu mon livre, il aurait dû comprendre que les décisionnaires au sujet de Scrum, c'étaient les membres de l'équipe, donc lui.

Mais ce ne serait pas très bienveillant, car je ne doute pas qu'il ait essayé et fait de son mieux pour éviter les antipatterns, avant de s'y casser les dents.

Je pourrais évoquer Le discours de la servitude volontaire de La Boétie, pour lui dire qu'il suffit de ne pas se soumettre à la décision du tyran, qui n'est probablement pas dans l'équipe Scrum, alors que c'est elle qui a le pouvoir et l'autorité pour organiser son travail.

Mais il met décisionnaires au pluriel, et je comprends bien que ce ne soit pas facile de dire non tout seul face à plusieurs adversaires.

Le pluriel, c'est peut-être ça la réponse à lui donner : tu n'es pas tout seul. Il y a plein de développeurs qui ne demandent probablement qu'à te suivre.

Faites une belle rétro et tiens en ce moment, faites une rétroconfinement. Les décisionnaires, ce sont les globalisateurs dont nous parlons dans notre keynote à Agile en Ligne, avec Anthony et Jean-Pascal, en proposant des gestes-barrières :

Le confinement, une opportunité pour bifurquer vers l'agilité radicale.

J'en parlais ici avant la conférence de jeudi et mainteant, les slides de notre présentation sont .

C'est pour agir sans demander la permission aux décisionnaires que nous avons lancé l'agilité radicale.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet