Les experts, des parties prenantes qui aident l'équipe Scrum

Le besoin d'un expert

Scrum étant construit sur la notion d'équipe, il est important de savoir qui est dedans et qui est dehors. On distingue ainsi les membres de l'équipe (PO, SM et DEV) des parties prenantes (PP).

Dans un cadre idéal, l'équipe est pluridisciplinaire. Cependant, elle l'est rarement complétement. Apparaît alors un autre rôle, celui d'expert.

Je le définis ainsi dans le glossaire de la 4e édition de mon livre :

Un expert est une personne, à l’extérieur de l’équipe, qui possède des compétences nécessaires à l’équipe pour réaliser un travail d’un sprint.

Le rôle d'expert fait l'objet du §3.5 dans le nouveau chapitre 3 Les gens de Scrum, extrait :

  • Un expert est une partie prenante qui aide l’équipe à produire un résultat.
  • Il dispose de compétences que l’équipe ne possède pas.
  • À la demande de l’équipe, l’expert participe, ponctuellement, à un sprint.
  • Il peut s’agir d’un spécialiste du métier, c’est un expert fonctionnel, ou de la solution, c’est alors un expert technique.

Le besoin d'experts est légitime dans de nombreuses situations. Mais attention, un expert crée une dépendance sur la réalisation d'une ou plusieurs stories.

J'évoquais déjà ce risque dans un billet de 2012 : validation externe.

Il convient donc de limiter et de dérisquer les dépendances.

Voici quelques pistes présentées dans le chapitre Les gens de Scrum :

  1. Constituer une équipe en ayant à l’esprit de dépendre de peu d’experts, bien identifiés.
  2. Faire entrer dans l’équipe un expert dont on a besoin régulièrement.
  3. Anticiper le besoin avant le début du sprint, c’est-à-dire ne pas commencer un travail sans s’assurer que l’expert requis est disponible (cela participe à la définition de prêt).
  4. Faire en sorte d’apprendre de l’expert pour pouvoir s’en passer.

Le dessin de Patrice Courtiade vous plaît ? Il y en a plein d'autres dans le livre.