Mon sondage sur la vélocité

En février, j'avais lancé une enquête "Quelle est votre vélocité moyenne ?"

Je donnais comme réponses possibles des plages soigneusement sélectionnées pour une vélocité d'équipe.

J'avais ajouté une réponse "je ne sais pas", c'est classique dans une enquête. Et puis, comme j'étais bien conscient que mon enquête revenait plus ou moins à comparer des vélocités d'équipes différentes, j'avais ajouté une dernière réponse : "C'est du pipeau cette enquête".

Donc ça donnait ça :

  1. Je ne sais pas
  2. Moins de 15
  3. Entre 15 et 30
  4. Entre 30 et 50
  5. Plus de 50
  6. C'est du pipeau cette enquête

Comme mes lecteurs possèdent un sens de la dérision développé, ils sont nombreux à avoir choisi la réponse pipeau. C'est parti d'abord doucement et puis ça s'est accéléré.

J'ai arrêté l'enquête alors que 56,1 % avaient choisi cette dernière réponse.

Je n'ai pas publié les résultats à la clôture comme d'habitude. Et puis finalement le mouvement actuel #noestimates m'incite à y revenir.

Ma position sur les estimations, telle que je viens de l'écrire dans l'édition 3 de mon livre, est la suivante :

  • Je déconseille l'estimation en heures sur les tâches.
  • Je suis très réservé sur l'estimation de la valeur des stories et même des features, que je trouve très subjective.
  • Je pense que l'estimation en points sur les stories peut être utile, selon le contexte. Le Planning Poker a de plus d'autres bénéfices.

La vélocité est utile dès qu'on veut prévoir l'avenir, en permettant d'avoir une idée de la capacité de l'équipe sur les sprints à venir. Elle peut se compter en points mais aussi en nombre de stories.

En enlevant les réponses pipeau, voici deux résultats significatifs de la mesure de la vélocité d'une équipe :

  • un tiers ont une vélocité entre 15 et 30, ce qui semble le chiffre nomimal (7-10 stories par sprint avec une moyenne de 2-3 points par story)
  • mais un quart ont une vélocité supérieure à 50. Cela me questionne, malheureusement mon enquête ne permet pas de dire à quoi cela est dû.

Commentaires

1. Le jeudi 16 mai 2013, 12:34 par montesq

Bonjour,

Je ne comprends pas trop le point (qui me semble en contradiction avec le point d'après):
"Je suis très réservé sur l'estimation de la valeur des stories et même des features, que je trouve très subjective."

Parle-t-on de la valeur "métier" (~plus value) ou bien de la valeur en point de l'effort pour "implémenter" la US?

Je parle bien de ce que c'est censé rapporter, de la valeur ajoutée (qui n'est pas toujours métier) et pas de ce que ça coûte pour son développement.
2. Le jeudi 16 mai 2013, 14:02 par Eric

En même temps c'est quoi la différence entre une vélocité à 25 avec 2-3 points par story et une vélocité à 50 avec 4-6 points par story ?

Sur le nombre de stories par sprint, pas de différence. Cela aurait pu être le sujet de l'enquête d'ailleurs, mais je crois que je l'ai déjà faite.

C'est juste les premières références qui sont différentes. Ca pourrait être 1000 points en fait, peu importe.

C'est effectivement ce que ça apprend. Une référence plus grande. Je ne dirais pas peu importe : soit on ne sert pas des petits chiffres (1, 2 et 3) ce qui est bizarre, soit on en s'en sert et malgré tout la moyenne est élevée ce qui est le signe d'une décomposition insuffisante, au moins pour certaines stories.

Sans compter que là on a une équipe de 4 sur des itérations de deux semaines, j'ai été dans un scrum de 25 (d'un seul bloc) sur des itérations d'un mois.

J'ai du être de ceux qui ont du répondre pipeau, et je ne vois toujours pas bien ce que tu veux en tirer comme information.