Rétrospective du SigmaT18

Ce soir c'était le SigmaT18 à la Maison des Associations de Toulouse.

webinage.jpg

Ce qui aurait pu mieux se passer

  • Plus de monde ! Nous étions une quinzaine seulement.
  • Le temps froid pour un mois de juin qui n'a pas poussé à continuer les discussions sur la terrasse
  • Le champ ouvert, prévu au programme, qui n'a pas eu lieu, faute de temps disponible (le retour d'expérience s'est terminé à 20h30) et de ... Thierry

Ce qui a bien marché

  • L'histoire bien racontée et pleine d'enseignements de la startup Webinage
  • La façon de nous montrer l'intérêt du feedback par l'évolution du produit depuis le backlog initial
  • Le partage sur le retour d'expérience, avec les très nombreuses questions qui ont fusé lors de la présentation
  • Le module 2 de la Maison des associations est agréable, la logistique impeccable pour ce type d’événement
  • L'apéro, apporté par Marie-Josée
  • Nous avons une nouvelle adhérente

Idée

  • Webinage pour ma mère ?

Leçons (ré-)apprises

  • Webinage ça vient de voisinage
  • Le contrat au forfait c'est mieux de s'en passer
  • Dans l'innovation, la vitesse, apportée par l'agilité, est un avantage décisif
  • Un Product Owner présent et impliqué, c'est capital pour la réussite des projets
  • Des sprints de durée variable, c'est déjà du ScrumBan

Merci à Thomas, Florent et David.

Commentaires

1. Le vendredi 17 juin 2011, 15:49 par Nicolas

Comme tu l'as souligné, pour moi, LE facteur de réussite le plus important reste l'implication du Product Owner !

2. Le dimanche 19 juin 2011, 14:17 par francois michas

L'implication du PO s'oppose souvent à la disponibilité du PO. On a rien sans rien mais comment l'expliquer.
J'ai d'abord essayé de relativiser l'ampleur de la sollicitation autour du "c'est comme avant mais lissé et planifiable au lieu d'être en début et en fin de projet".
J'ai ensuite expliqué que la sollicitation est peut-être plus forte qu'avant dans l'interaction (forcément on échange et on ajuste) mais le temps est gagné ensuite sur un investissement plus réduit en tests (meilleure qualité + automatisation) centré sur l'appropriation et la validation de l'adéquation de la solution et non plus sur la qualité de la fabrication.
Mais la même réserve des moyens limités arrive avec une solution : il faudrait transférer la MO côté métier puisque le problème c'est les moyens ! Sauf que ces MO côté métier feront un boulot de MO donc pas celui du métier qui fait le process au quotidien donc le point restera le même.
Tout cela traduit la difficulté du changement. La seule démonstration qui fonctionne c'est celle de réaliser un projet car alors le résultat parle de lui même.
Mais avant : comment convaincre le PO de s'investir ?
Franchement je cherche, la raison ne suffit pas ;)

3. Le lundi 08 août 2011, 14:07 par Hossine AMOKRANE

Je constate que même dans le monde agile, on n'est pas vraiment agile. En effet, dans ce monde je conseille à toute la commnunauté de dire que le facteur le plus imporant est le Product Owner/Pour moi, le facteur le plus imporant est l'équipe et que chacun doit jouer son rôle qui lui est défini. L'agilité est faite pour toutes les personnes de l'équipe et non pas à une personne particulière. Si on mise sur une personne, c'est qu'on ne veut pas de donner la place à l'autonomie