Rupture douce : Sociocratie et Agilité, dernier épisode

Suite et fin de l'histoire Quand l'Agilité rencontre la sociocratie, dans la saison 1 de Rupture douce.

Résumé des épisodes précédents : Après une chocolatine à la Pasteline et une virée à Grenoble, l'Agilité et la sociocratie se sont enfin rencontrées au ScrumDay et partagent des idées en commun.

L'expérimentation de la sociagilité commence en observant les façons de désigner des représentants dans les bandes de bikers et ce que propose Etienne Chouard à l'échelle de nos pays. Sur le terrain, Josette et Brice pratiquent l'élection sans candidat.

Tout ça fait réfléchir à la notion de chef dans notre monde de l'Agilité. Mais il faut bien conclure.


Rupture douce

En conclusion, on trouve dans la sociocratie des idées pour renforcer les fondamentaux de l'agilité dans leur composante sociale :

  • la coopération,
  • l'auto-organisation.

Dans le cadre d'une transformation agile, la sociocratie contribue au changement de culture, notamment pour passer d'une culture du contrôle à celle de la collaboration[1].

Pour le dire vite, il ne s’agit pas seulement de faire de l'agile mais d’être agile. Cette transformation constitue une rupture. Comme la sociocratie ne cherche pas à éliminer la hiérarchie existante, mais à la cantonner à l’exécution des décisions prises dans les cercles sociocratiques, on peut dire qu’elle constitue une rupture douce.

Ce qu’on peut formuler, en paraphrasant Jaurès[2], par :

Les mesures prises pour adapter l’agilité au contexte ne doivent pas être considérées que comme des adoucissants, mais comme des préparations pour aller plus loin.

Mes 3 clés

  1. Fréquentez les cafés (ou les boulangeries qui font café) et les manifestations « agiles » pour faire de belles rencontres, chercher de nouvelles idées et apprendre de nouvelles pratiques.
  2. Essayez des pratiques simples de la sociocratie, comme la prise des décisions par consentement.
  3. Appuyez votre transformation Agile sur des idées de gouvernance nouvelles mais déjà éprouvées comme celles de la sociocratie.

Pour aller plus loin

  • Stephen Denning, Radical Management, Ed. Jossey-Bass, 2010 (en anglais)
  • Jeremy Rifkin, La troisième révolution industrielle, Ed. Les liens qui libèrent, 2012
  • Gilles Charest, La démocratie se meurt, vive la sociocratie, Ed. Essersi, 2007

Mes 5 liens vers d’autres histoires de Rupture Douce

Couverture Rupture Douce saison 1 Dans Rupture Douce, les histoires sont connectées. Chaque auteur devait lier son histoire à d'autres. Voici celles que j'ai référencées dans les différentes épisodes :

  1. Il était une fois la play room d’Oana Juncu
  2. L’Agilité, même pas mal de Laurent Morisseau
  3. Facilitation Lud’innovante de Laurent Sarrazin
  4. Dans la peau du Manager Agile de Jean-Claude Grosjean
  5. Des lignes, des courbes, des sphères... une brève histoire de PME Agile de Damien Thouvenin

Pour lire ces belles histoires et bien d'autres, allez chez Lulu !

Bientôt en anglais !

Bientôt une saison 2 ! J'ai le plaisir d'être le parrain de deux nouveaux auteurs (en fait 3) : Isabel et Alexis Monville, et Thierry Cros. L'aventure continue.

Notes

[1] Les types de culture du modèle de Schneider sont étudiés dans le cadre de l’Agilité par Michaël Sahota dans son guide pour l’adoption et la transformation agile, désormais traduit en français.

[2] République et Socialisme, Jean Jaurès, 17 octobre 1901