Rupture douce : Sociocratie et Agilité, septième épisode

Suite de l'histoire Quand l'Agilité rencontre la sociocratie, dans la saison 1 de Rupture douce. Dans cet épisode, Josette et Brice.

Résumé des épisodes précédents : Après une chocolatine à la Pasteline et une virée à Grenoble, l'Agilité et la sociocratie se sont enfin rencontrées au ScrumDay et partagent des idées en commun.

L'expérimentation de la sociagilité commence en observant les façons de désigner des représentants dans les bandes de bikers et ce que propose Etienne Chouard à l'échelle de nos pays. Voici la suite.


L’Agilité citée par Rifkin et la sociocratie par Chouard ! Cela m’a conforté dans l’idée d’essayer de les combiner, pour en tirer le meilleur des deux. Comme tout bon Agiliste, je me suis empressé d’expérimenter : j’ai donc testé l’élection sans candidat.

Josette, la PO élue qui n'était pas candidate

Lors de mes formations Scrum, j’anime des ateliers qui se font en équipe. Dans les formations inter-entreprises en particulier, les gens ne se connaissent pas et il faut donc constituer cette équipe Scrum, avec ses rôles.

Une équipe Scrum est composée de développeurs, d’un ScrumMaster et d’un Product Owner. Parmi les participants à une formation, il nous faut identifier qui va jouer le rôle de ScrumMaster et de Product Owner, les autres devenant des développeurs.

Désormais, après les quelques moments de flottement classiques, je propose systématiquement aux participants de pratiquer l'élection sans candidat pour y arriver. Au début, je pensais qu'il y aurait quelque réticence à s'y lancer. Eh bien non pas du tout, jamais à ce jour. Dans cette pratique, j'ai même décelé une envie, voire une jubilation. Un peu comme quand on élisait les délégués de classe au collège.

Et à chaque fois ça a marché. La personne finalement désignée n'aurait probablement jamais été candidate. Je pense en particulier à Josette, un petit bout de femme plutôt en retrait dans le groupe, qui est devenue Product Owner après le deuxième tour.

A l'issue du premier vote, c'est elle qui avait obtenu le plus de suffrages, mais elle pouvait encore refuser. J'avais quelques doutes sur son envie de jouer ce rôle, mais finalement elle l'a accepté et elle a fait du bon boulot

J'ai constaté dans mes différentes expériences, que cette possibilité de décliner n’avait jamais été utilisée.

Cette technique d’élection par ses pairs, plutôt ludique, est une façon de contribuer à retrouver le plaisir dans le travail.

Brice, le chef de projet qui voulait être ScrumMaster

Brice venait d'être embauché dans l’équipe que je coachais. Je pense que la direction lui avait dit qu’il serait ScrumMaster.

Peut-être le poste proposé était-il le fameux "ScrumMaster/Chef de projet" qu'on voit fréquemment dans les annonces de recherche d'emploi. Étrange intitulé, apparemment un oxymore en regard au mantra des formateurs à Scrum « le ScrumMaster n’est pas un chef de projet », mais révélateur de l’état d’esprit des DRH pour ménager la chèvre et le chou.

En tout cas, Brice tenait absolument à être ScrumMaster dans l'atelier de Planning Poker que j'animais, pendant le sprint zéro. Je l'avais vu dans une situation de groupe et il me semblait qu'il se comportait plus comme un chef de projet traditionnel que comme un ScrumMaster.

Je voyais bien que les autres, qui se connaissaient et avaient l’habitude de travailler ensemble, n'allaient pas l'accepter.

Il fallait bien définir les rôles rapidement, avant le début du sprint 1. J'ai donc proposé à l'équipe l'élection sans candidat du ScrumMaster. Et ce n'est pas Brice qui a été désigné. Il a un peu fait la gueule. C’est Victor qui a été choisi et il s’est avéré être un bon ScrumMaster pour cette équipe.

L’élection sans candidat permet aussi d'éviter les conflits potentiels découlant de nominations imposées.


A suivre dans un prochain épisode...

Pour tout savoir sur la genèse de cet ouvrage collectif, lisez le billet de Sylvaine Pascual : Rupture douce, l'Agilité pour collaborer autrement.

Commentaires

1. Le mercredi 30 janvier 2013, 10:11 par Nico

Merci Claude pour ses retours.
Et Brice, qu'est-il devenu ? Embauché "chef de projet", n'ayant peut être pas codé depuis plusieurs années, ayant peut-être également une rémunération supérieure aux autres, se retrouve "développeur" ?

2. Le mercredi 30 janvier 2013, 12:57 par Nicolas

Et tu as eu des nouvelles de Brice après la formation ? Il a été ScrumMaster de l'équipe finalement ?