Scrum CMMI, niveau 2, niveau 5

A la fin de ma présentation à l'Agile Tour, j'ai eu une question sur le CMMI et sa compatibilité avec les méthodes agiles. J'y ai répondu d'une façon convenue, comme celle qu'on entend dans les retours d'expérience sur l'utilisation de Scrum dans un contexte CMMI niveau 2 : oui, en cherchant bien dans les 2 domaines on trouve des zones de convergence et oui on peut faire du Scrum dans un contexte CMMI.

Mais dans le fond je pense que les organisations qui mènent les 2 initiatives en même temps sont un peu schizophrènes (Je n'en ai rencontré qu'une ; les autres avec lesquelles je travaille ne connaissent même pas CMMI pour la plupart). Je partage ce qu'en dit un consultant CMMI : l'agilité et CMMI sont deux faces opposées d'une même médaille.

J'ai tendance à penser qu'il faudrait que le CMMI (ou plutôt la façon de le mettre en application) évolue beaucoup pour être compatible avec l'agilité, l'évolution allant dans le sens de ce que dit cmmi-déploiement dans le dernier paragraphe de son billet.

En attendant je conseille à ceux qui sont intéressés par les 2 initiatives de commencer par appliquer Scrum, l'orientation est déjà vers la valeur ajoutée (et ça ira plus vite).

Évidemment si l'organisation est déjà au niveau 5, le mariage de Scrum et CMMI est bien plus facile. C'est ce que montre l'article "Mature Scrum at Systematic" dans l'excellent Methods and Tools de cet automne.

Commentaires

1. Le mercredi 28 octobre 2009, 17:23 par Pierre Jean

bonjour Claude,

c’est moi qui t’ai posé la question. Ta réponse fût conçise et m’a un peu confortée dans la difficulté de justification. J’ai rencontré plusieurs décideurs qui ne juraient que par les métriques obscures définient dans leur PAQ et je t’avoue que mon pouvoir de convaincre de la pertinence d’un indicateur simple face à la vérité inquisitoire de la cellule qualité s’efface.
je n’ai malheureusement que 2 leviers dans cette situation. D’abord je demande un surcis pour tenter d’en faire la preuve sur les 3 premiers sprints. Ensuite comme je peux être parfois carricatural je revendique de n’en produire aucun autre et laisse la qualité libre de mesurer en silence ce qu’elle veut.

En vérité, je me trouve très souvent exessif, à la limite de l’obstination, quand il s’agit d’argumenter les pré requis inalienables de scrum et pourquoi sans ces éléments (vision partagée en tête) il est inutile de vouloir s’agiliser pour céder à une mode.
Sinon j’ai une question à propos de ton livre.
Vas tu "françiser" le vocabulaire SCRUM ?

2. Le mercredi 28 octobre 2009, 20:29 par Fabrice Aimetti

Bonjour, je vous renvoie à l'article de Mike Cottmeyer : "La stabilité d'abord... La vitesse ensuite !" ( http://www.fabrice-aimetti.fr/dotcl... ) qui rappelle que "les méthodes agiles vous montrent uniquement vos problèmes... c'est encore à vous de les régler...". Autrement dit, il est plutôt question de courage que de processus, cellule qualité et indicateurs non ou tardivement exploités... Je suis d'accord avec toi Pierre Jean, ce n'est pas facile de trouver des candidats sur ce sujet. Un bon support pour communiquer, accompagner et repositionner le rôle des managers est le slideware de Henrik Kniberg (encore lui !) : "Le Rôle du Manager dans Scrum" ( http://www.fabrice-aimetti.fr/dotcl... ). Sinon, il y a toujours l'article fondateur de Jeff Sutherland and Co, complexe, surtout à traduire : "Scrum et CMMI Niveau 5 : La Potion Magique pour les Guerriers du Code" ( href="http://www.fabrice-aimetti.fr/dotcl... ). @+ Fabrice

3. Le dimanche 08 novembre 2009, 10:04 par pablo pernot

Ma pierre dans ce jardin : http://www.areyouagile.com/2009/11/...

Pour le PAQ, Pierre-Jean je suis ravi d'entendre que tes clients le lisent. Bonne question pour la francisation. Autant cela serait un plus, autant le vocabulaire Scrum fait parti du rituel. J'attends la réponse de Claude avec intérêt.

Fabrice, merci pour tes liens !