Scrum kanbanisé, c'est toujours Scrum

Kanbaniser du Scrum, ce n'est pas passer de Scrum à Kanban, ni même faire du ScrumBan.

En complément au pourquoi de la kanbanisation du Scrum, un exemple.

La semaine dernière lors de la rétrospective, l'équipe (une équipe que j'ai formée à Scrum et que je coache) a fait remonter qu'elle avait le sentiment d'avoir trop fait du "multitâches" pendant le sprint. Très concrètement quelqu'un a dit qu'à un moment il y avait beaucoup de stories faites en parallèle, bien plus que de membres dans l'équipe !

Comme action pour améliorer le prochain sprint, il a été décidé par l'équipe de limiter explicitement le nombre de stories[1]. L'équipe a déjà un beau tableau avec des colonnes (ils ne sont pas encore passés des colonnes aux bacs), elle a donc ajouté la limite en haut de la colonne en cours [2].

Elle n'a pas pour autant abandonné Scrum pour passer à Kanban. Elle fait toujours du Scrum. Plus que ScrumBan, le terme le plus approprié serait peut-être du Scrum kanbanisé.

Kanbaniser du Scrum, c'est ce que je vais présenter à Agile Grenoble le 21 novembre (sur la partie Backlog), comme je l'ai déjà fait à Agile tour Toulouse avec les bacs et Lean Kanban France.

L'équipe a simplement utilisé Kanban comme méthode d'amélioration, en prenant les principes fondateurs pour démarrer énoncés par Anderson et Laurent Morisseau dans son livre Kanban pour l'IT (page 7) :

  • commencez avec ce que vous faites actuellement,
  • mettez vous d'accord pour introduire des changements de façon incrémentale et évolutive,
  • au début, respectez les rôles et responsabilités des personnes en place.

Donc on garde Scrum, avec ses rôles. On visualise le flux (dans le cas de mon équipe, c'était déjà en place), on part d'où on est et on valide collectivement des améliorations.

Pour ces améliorations, on s'appuie sur les pratiques du Kanban.

Dans notre cas l'action est la mise en place de la pratique : limiter le travail en cours. L'équipe a aussi décidé d'essayer l'essaimage. Nous verrons ce que donnent ces changements dans le prochain sprint.

Notes

[1] La raison profonde a été évoquée aussi : un goulot d'étranglement en aval, mais cela est -pour l'instant- au-delà du pouvoir de l'équipe. C'est un exemple de l'approche progressive (les petits pas) de Kanban.

[2] C'est une colonne dans laquelle on a des stories ; sur ce tableau l'équipe ne met pas les tâches.