Cette semaine, j'ai assisté à des soutenances d'étudiants de Master 2 qui finissent leurs stages de 8 mois en alternance (3 jours par semaine). Sur les 4 auxquelles j'ai assisté, 3 ont beaucoup parlé de Scrum. Les projets sur lesquels ils ont travaillé pendant leur stage ont utilisé Scrum et leur présentation a largement porté sur sa mise en œuvre.

Il y a d'autres étudiants, que je n'ai pas suivis, qui ont pratiqué Scrum dans leur entreprise. Cela s'explique : ils arrivent formés et même diplômés en agilité et parfois ce sont eux qui sont les acteurs de la diffusion de Scrum dans leur environnement de stage.

Parmi les pratiques présentées lors de ces soutenances, j'ai relevé l'utilisation de diagrammes en arête de poisson lors des rétrospectives. Cette technique aussi appelée diagramme d'Ishikawa, sert à identifier les causes d'un problème.

L'analyse causale consiste, à partir d'un problème détecté par l'équipe, à remonter au facteur qui provoque de façon récurrente le défaut. Le plan d'actions consiste à éliminer la cause pour que sa conséquence, le problème, ne se reproduise plus.

On peut faire de l'analyse causale en dehors de la rétrospective sur des problèmes(les impediments de Scrum) identifiés pendant le sprint.

Identifier la cause à l'origine d'un problème est une pratique agile pour James Shore(root-cause analysis). C'est aussi une pratique du niveau 5 du CMM-I.