Un peu de terrain

J'ai assisté aujourd'hui à 7 soutenances de stage d'étudiants de Master 2 de l'IUP ISI. Dans aucune d'entre elles n'a été mentionné Scrum ou agile. Des étudiants ont parfois fait du développement itératif, certains ont eu des réunions quotidiennes, guère plus.

Ça remet les idées en place. Comme je baigne dans le mouvement agile, comme je rencontre des entreprises qui y passent ou en font déjà, j'ai parfois tendance à penser (et à dire) que l'agilité est devenue mainstream. Pas si sûr finalement.

Peut-être est ce un hasard dans la distribution des stagiaires, parce que les années précédentes il y avait un nombre significatif de stages "agiles" dans les soutenances que j'avais suivies.

D'un autre côté, je suis convaincu que les projets présentés (et au-delà probablement les entreprises qui accueillaient les stagiaires) auraient gagné à appliquer une méthode agile. Cela contribuerait à améliorer la qualité des travaux faits par les stagiaires, ne serait-ce qu'en leur apportant plus de feedback sur ce qu'ils font.

Dans la plupart de ces stages, j'ai constaté que les pratiques de test, sous leur différentes formes étaient réduites, pour ne pas dire existantes. Autant dire qu'il risque d'y avoir de la dette technique dans ce qu'ils vont laisser à la fin du stage. Là aussi, l'usage d'une méthode agile aurait poussé à avoir de meilleures pratiques d'ingénierie.

Pareil pour les rapports de stage, les meilleurs sont en général ceux faits de manière itérative.

Bon demain, je vais visiter 4 autres stagiaires, de Licence 3 cette fois, dont je sais déjà qu'ils font du Scrum à fond.

Commentaires

1. Le jeudi 23 juin 2011, 08:25 par Xavier Nopre

Salut Claude,

Je confirme ! Moi aussi, à baigner dans l'agilité et l'ingénierie agile, je croyais qu'après quelques années d'explosion, c'était monnaie courante.

Mais non, pas du tout, en sortant du bocal et en rencontrant de nouvelles personnes, de nouvelles entreprises, on mesure à quel point c'est finalement assez peu développé, mais par contre, assez connu, au moins de nom.

Sans s'en rendre compte, on se retrouve un peu en cercle fermé, dans son domaine, avec ses canaux d'informations qui ne parlent que de ça : les personnes rencontrées au quotidien, les blogs suivis, les conférences visitées, etc ...

Il y a du boulot pour informer, expliquer, accompagner !

Mais comme tu le dis, il y a souvent un peu d'agilité ici et là, sans forcément le savoir.

2. Le jeudi 23 juin 2011, 10:50 par Alex

Comme j'ai l'habitude de dire en souriant : "Encore heureux que toutes les entreprises ne seront pas agile dans 2 ans ... j'ai bien l'intention de faire du coaching agile pendant de longues années"
:)

3. Le jeudi 23 juin 2011, 11:27 par Muriel

Pour être nouvelle Scrum master depuis 2 mois, je confirme que bcp d'entreprises ne sont pas encore si "agiles" que cela ;)

4. Le jeudi 23 juin 2011, 14:58 par marc

Bonjour,
Eh oui j'ai essayé de la mettre en place dans mon domaine cette fameuse méthodologie. Le seul souci est que dans l'industrie c'est assez compliqué tout de même. On arrive à faire de l'itératif sans trop de difficulté mais pas plus.
Le gros problème dans les grandes entreprises est la non proximité des équipes projet et surtout le fait que le business ne donne pas beaucoup de temps aux projets informatiques. Une histoire de culture avant une histoire de méthodologie me semble-t-il ...