#noBonnesPratiques

Je vois encore des sociétés qui abordent la transition à Scrum avec l'idée d'en garder quelques bonnes pratiques.

Ici, pour une formation : on connait les bonnes pratiques ITIL et on voudrait apprendre les bonnes pratiques de Scrum.

Là, une autre demande, toujours pour de la formation : "obtenir les best practices de la méthodologie agile scrum".

Récemment une entreprise industrielle formulait sa demande de coaching agile à peu près de la façon suivante: identification des bonnes pratiques, puis intégration dans la méthodologie[1] "officielle", pour application par les équipes.

Et un audit que je suis en train de faire, pour une société que j'ai formée à Scrum il y a 18 mois. Avec mes interviews, je constate qu'ils n'ont gardé que quelques pratiques, qu'ils pensaient au début être les bonnes pratiques. Le résultat de l'audit montre que ce n'est pas probant.

J'avais écrit il y a déjà quelques années des billets pour fustiger ce penchant à sélectionner des bonnes pratiques :

Aux arguments de l'époque, j'ajouterais qu'aujourd'hui on a eu le temps de constater que faire de l'agile (les pratiques) ne suffit pas.

A quoi sert de connaître quelques pratiques Scrum si vous ne vous engagez pour le sprint que sous la contrainte, si vous n'avez pas le courage de dire non, si vous ne faites pas confiance aux membres de l'équipe ou si vous n'arrivez pas à vous focaliser sur l'essentiel, noyé par le multi-tâches ?

De plus, les pratiques qu'on croient comme bonnes sont probablement les plus connues, mais aussi les plus anciennes. L'Agilité est un mouvement qui génère ou s'approprie de nouvelles pratiques, qui sortent de l'ingénierie ou de la gestion de projet. Par exemple, les pratiques du tribal leadership ou celles du lean startup, dommage de passer à côté pour une organisation.

Enfin, ceux qui sélectionnent ces "bonnes" pratiques ne sont généralement pas dans les équipes censées les mettre en application, mais leur imposent. Il est préférable de laisser les équipes plus libres, elles sauront faire émerger de nouvelles façons de travailler.

Lecture en complément : Mike Cohn, Best practices are dangerous…

Note

[1] Pour l'usage -inadapté- du terme méthodologie, je renvoie au billet d'Antoine, chacun son combat.