Mot-clé - architecture

Fil des billets - Fil des commentaires

Intégrer plutôt que séparer

En mars, j'avais présenté les premiers principes de la permaculture, en préparant la soirée-débat Permaculture et agilité du 21 mars au 100e singe. J'avais été interrompu après le 7e principe par l'urgence de ma relecture pour la sortie de mon livre Scrum, qui a été finalement publié en mai.

Je parle de permaculture dans cette 5e édition, mais je n'y détaille pas les 12 principes.

Le 8e principe "Intégrer plutôt que séparer" est typique de l'approche systémique qui met l'accent sur les connexions entre les éléments, alors qu'un approche plus traditionnelle (cartésienne) se préoccupe plus de décrire les éléments décomposés.

La permaculture agricole ou potagère s'intéresse principalement au système qui permet de produire. Dans notre domaine du développement, le 8e principe peut s'appliquer au système de production, mais aussi au système produit.

Dans le premier, les éléments du système proviennent essentiellement de l'équipe et des parties prenantes, ce sont des gens. Dans le second, les éléments sont plutôt les composants du système réalisé, identifiés par l'architecture (ou le design pour reprendre un terme usité en permaculture).

La loi de Conway (qui date de 50 ans) stipule que l'organisation des gens influence la structure des composants. Le livre Accelerate (qui a fait l'objet du dernier klub de lecture et que j'ai recommandé aux participants du dernier Raid Agile) met en avant l'importance d'avoir une architecture faiblement couplée pour être performant et passer à l'échelle.

Les auteur·es préconisent la loi de Conway inversée : les organisations devraient faire évoluer leurs équipes et leur organisation pour obtenir l'architecture désirée. Ils et elles ont constaté dans leur étude que les pratiques d'ingénierie DevOps (dont loosely coupled architecture) menant à la livraison continue (continuous delivery) avaient un impact prouvé sur : la performance de l'équipe, son identité, moins de burnout, moins de douleur à déployer et moins de rework.

À chaque principe, Holmgren associe un proverbe. Pour ce 8e principe, c'est : Plus on est nombreux, moins le travail est dur

Il résonne particulièrement avec la capacité de passer à l'échelle, favorisée par une architecture faiblement couplée, comme le démontre Accelerate[1].

On retrouve dans le texte associé à ce 8e principe un des énoncés majeurs de la permaculture :

  • chaque élément remplit plusieurs fonctions
  • chaque fonction importante est assurée par plusieurs éléments

Cela permet d'obtenir des systèmes robustes et résilients. Côté humain, c'est par des relations coopératives et symbiotiques qu'on pérennise l'équipe (contre l'hyper-spécialisation et le travail solitaire).

Note

[1] et on comprend bien que le passage à l'échelle n'est pas une affaire de framework

Combattant du tableau blanc

Logo Witheboard warrior

Lire la suite...

Agilité et architecture

Hier en discutant, avant de commencer l'atelier TOC, entendu parler, à propos une grande entreprise dont les équipes faisaient du Scrum "maison", de la résistance opposée par les architectes à la diffusion de l'agilité dans les projets.

Agilité et architecture ou plus exactement Agility and Architecture, c'est le titre du numéro d'avril du magazine Computing Now d'IEEE Software. Du sérieux.

J'ai commencé la lecture et je la conseille aux architectes (en particulier de type reloadus) comme aux agilistas.

L'architectus oryzus, une espèce à protéger

J'ai fait du latin dans ma jeunesse...

Lire la suite...

Tranche verticale ou tranche horizontale ?

Les 2, mais fines.

Lire la suite...

SigmaT3 : conception émergente

Une alternative au BUFD, qui sera présentée au séminaire de vendredi

Lire la suite...

L'agilité, un méméplexe à replacer dans le contexte

Mémé qui ?

Lire la suite...

L'Agilité au détriment de l'architecture ?

La réponse est non.

Lire la suite...