Agilité

Vous trouverez ici les articles que j’ai écrits sur l’agilité depuis 2006. Les articles spécifiques à Scrum sont dans une catégorie dédiée.

Ne pas produire de déchets

Ne pas produire de déchets

Un point à temps en vaut cent

Le principe 6 de la permaculture c’est : Ne pas produire de déchets Ce principe est illustré par le ver de terre, ce qui fait comprendre le titre comme ne pas produire de déchets à l’extérieur de l’écosystème. Les vers de terre de l’écosystème se chargent de recycler les déchets. Le premier proverbe est : Pas de gaspillage, pas de manque. Holmgren utilise une définition de Bill Mollison, l’autre fondateur de la permaculture : un polluant (déchet) est un produit de n’importe quelle partie d’un système qui n’est pas utilisé de manière productive par une autre partie du système.
Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables

Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables

Laissons faire la nature

Permaculture et agilité 5/12 Dans permaculture, il y a permanence. On retrouve cette idée de durée dans le 8e principe du Manifeste agile, celui qui parle de rythme soutenable. Principe 5 : Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables Ce principe me fait penser à Henrik Kniberg. Le plus brillant des pédagogues de l’agilité a réalisé une vidéo (VF) expliquant le réchauffement climatique. C’est une animation dans la veine de ce qu’il avait réalisé pour le Product Ownership, et tout aussi remarquable.
Appliquer l'auto-régulation et accepter la rétroaction

Appliquer l'auto-régulation et accepter la rétroaction

Les fautes des pères rejailliront sur les enfants jusqu'à la 7e génération.

La permaculture, ce n’est pas seulement agricole. D’ailleurs “Permaculture humaine” c’est le titre du livre qui a été choisi pour le prochain klub de lecture, en avril. Je poursuis l’examen des principes avec le regard de l’agilité. Voici le 4e des 12 principes, énoncés dans L’essence de la permaculture de David Holmgren. Principe 4 : Appliquer l’auto-régulation et accepter la rétroaction David Holmgren profite de ce principe pour nous expliquer un point essentiel de l’approche systémique : les boucles de rétroaction.
Créer une production

Créer une production

On ne peut pas travailler l'estomac vide.

Les inscriptions continuent à affluer pour la soire Permaculture et agilité au 100e singe. En attendant, voici mes réflexions sur le principe 3. Principe 3 de permaculture : Créer une production Avec ce principe, on retrouve des convergences avec des notions fréquemment mises en avant avec l’agilité. Depuis longtemps, le développement itératif et incrémental nous a appris à produire des résultats vite et souvent. Cette orientation résultat est un des arguments utilisés pour pousser l’agilité à la place des processus séquentiels comme le cycle en V, dans lequel on rentre dans un long tunnel avant de voir quelque chose qui fonctionne.
Collecter et stocker l'énergie

Collecter et stocker l'énergie

Faites les foins tant qu'il fait beau

On continue dans la permaculture et l’agilité, pour se préparer à la soirée du 21 mars. Aujourd’hui le 2e principe de la permaculture. Principe 2 : collecter et stocker l’énergie C’est un principe qui, à première vue, est éloigné de l’agilité. Quand on développe avec Scrum, on ne se préoccupe pas de collecter et stocker l’énergie. L’idée développée par David Holmgren est de collecter des énergies locales plutôt que de continuer à prélever des ressources à un niveau qui n’est plus soutenable.
Observer et interagir

Observer et interagir

La beauté est dans les yeux de celui qui regarde.

La permaculture a le vent en poupe. Chez les agilistes aussi. Deux événements organisés par l’association Agile Toulouse en témoignent : le 21 mars, la soirée Permaculture et agilité hébergée par le 100e singe attire du monde, le choix du livre pour le klub de lecture d’avril, qui a fait l’objet d’un vote, s’est porté sur Permaculture humaine. De mon côté, la permaculture aura une bonne place dans les nouveautés de mon édition 5 de Scrum.
Auto-organisation

Auto-organisation

La migration des grues cendrées, un bel exemple d'auto-organisation

La semaine dernière, j’ai publié sur twitter une photo de grues cendrées (Photo en CC-SA-BY (merci ma sœur)) en migration au-dessus de la Lorraine. Elles étaient en route pour l’Espagne ou l’Afrique avec une pause probable dans les lacs du Der.

Passation

Passation

Il y a 10 ans, quand je participais à une journée, j’en faisais un compte-rendu dans un billet de blog, ici même. J’ai appris et j’ai pris du plaisir en faisant ça. J’ai même gagné le prix du meilleur blog qui en parle aux Valtech Days 2007. J’avais fait un billet pour le premier jour et un autre pour le 2e, qui était le premier Open Space auquel je participais.
L'agilité à grande échelle n'est pas un modèle d'entreprise

L'agilité à grande échelle n'est pas un modèle d'entreprise

SAFe qui peut !

Il faut un vrai besoin pour changer d’échelle ! Dessin de Patrice Courtiade et légende extraits de Scrum, le guide etc. page 278 Sur Twitter, David, après avoir publié son organigramme d’une organisation agile ajoute : Très influencé par SAFe, qui reste à ce jour la seule proposition de modèle global d’entreprise David est provocateur… ou sort d’hibernation. Ou il est peut-être tombé sous l’influence de ceux que j’appelle les néocons dans Scrum mon scrotum.
Prioriser avec CD3

Prioriser avec CD3

Coût du Délai Divisé par la Durée

Le Cube de jeudi portait sur Prioriser, estimer et planifier. J’ai présenté plusieurs techniques de priorisation : HIPPO, 10/10, VRAC et CD3. CD3, c’est le Coût du Délai Divisé par la Durée. Le coût du délai est une approche économique : on calcule le coût de ne pas faire une feature et on fait en premier celle qui a le coût du délai le plus élevé. Bien sûr, cela n’est pas facile.

Prioriser, estimer et planifier

Agile ou pas, il est souvent utile d’avoir des prévisions sur le moyen terme

Prioriser, cela permet de définir l’ordre de développement. Dans le cadre de Scrum, la priorisation porte sur les éléments du backlog et indique à l’équipe sur quoi elle va travailler dans le ou les sprints qui viennent. La priorité d’une fonctionnalité est basée sur sa valeur métier, mais pas seulement. Pour affiner l’ordre de cette fonctionnalité et se projeter un peu plus loin que le travail immédiat, il convient aussi de s’intéresser à l’effort pour la développer.
Boite et outil

Boite et outil

La boiboite qui vous attend dans la salle de formation ô local

De 2005 à 2013, j’étais impliqué –et même très impliqué, ce blog en témoigne– dans le développement de l’outil iceScrum. J’ai quitté Kagilum, la startup dédiée à la diffusion d’iceScrum, il y a 4 ans et je me suis converti, un peu plus, au management visuel physique. Mes anciens étudiants ont continué leur chemin avec iceScrum. Je viens de visiter leurs nouveaux locaux, dans un lieu convivial très sympa : Ô local.
Critères VRAC pour la priorité dans le backlog

Critères VRAC pour la priorité dans le backlog

Valeur, Risque, Apprentissage, Coût

Prioriser est un néologisme souvent utilisé, et pas que pour un backlog. Avec Scrum, on dit que le PO priorise les éléments du backlog. Bien qu’en fait, il les ordonne. Mais sur quels critères se base t-on ? Dans l'édition 4 de mon livre, chapitre Affiner le backlog, § Revoir l’ordre, page 89, je résume ainsi : L’ordre (ou priorité ordinale) correspond au rang définissant la séquence de réalisation des stories.

Bénéfices d'avoir des équipes pluridisciplinaires et autonomes

Pour éviter le faux-agile, il est essentiel que les équipes soient réellement pluridisciplinaires et autonomes

C’est encore plus important quand il y a plusieurs équipes agiles dans une organisation. Voici les bénéfices qu’on peut en retirer. Meilleure compréhension des besoins des utilisateurs Avec une organisation en silos (par exemple commerce, marketing, technique, test, infra), la boucle de feedback est forcément longue et peu fiable, car chacun cherche son optimisation locale ce qui pousse à déformer les retours. Quand tout le monde est dans une seule équipe et participe réellement au résultat, cela évite les temps d’attente qui nuisent au déroulement d’un sprint et les intermédiaires qui créent du bruit.

Scrum n'est pas une méthode de développement de logiciel

Mais c'est un truc agile

La semaine prochaine, c’est Agile tour Toulouse. Ma session Scrum ? mon scrotum ! a été retenue par les organisateurs. Après le Pays Basque et Rennes, ce sera ma dernière représentation. Parmi les raisons qui conduisent au scrotum, il y a la peur. Celle qui pousse les développeurs à produire de la dette technique alors qu’ils savent bien que c’est mal. Cette situation, due à la peur et aussi parfois à l’ignorance, est ce que Ron Jeffries qualifie de Dark Scrum.

Release, mise en production et déploiement

De l'importance du sens des mots

Découpler les activités de planification à moyen terme (release) de celles pour livrer aux utilisateurs finaux (mise en production) et de celles techniques (déploiement). Dans le glossaire de mon livre Scrum, édition 4, je définis une release ainsi : Release : période de temps constituée d’une série de sprints aboutissant généralement à déployer une version du produit. Ailleurs dans le livre, je développe l’idée qu’une release n’est pas à confondre avec une mise en production, notamment dans le chapitre 2 (pages 20 et 21) et aussi dans le chapitre 16, qui s’appelle Planifier la release.