Agilité

Vous trouverez ici les articles que j’ai écrits sur l’agilité depuis 2006. Les articles spécifiques à Scrum sont dans une catégorie dédiée.

Scrum n'est pas une méthode de développement de logiciel

Mais c'est un truc agile

La semaine prochaine, c’est Agile tour Toulouse. Ma session Scrum ? mon scrotum ! a été retenue par les organisateurs. Après le Pays Basque et Rennes, ce sera ma dernière représentation. Parmi les raisons qui conduisent au scrotum, il y a la peur. Celle qui pousse les développeurs à produire de la dette technique alors qu’ils savent bien que c’est mal. Cette situation, due à la peur et aussi parfois à l’ignorance, est ce que Ron Jeffries qualifie de Dark Scrum.

Release, mise en production et déploiement

De l'importance du sens des mots

Découpler les activités de planification à moyen terme (release) de celles pour livrer aux utilisateurs finaux (mise en production) et de celles techniques (déploiement). Dans le glossaire de mon livre Scrum, édition 4, je définis une release ainsi : Release : période de temps constituée d’une série de sprints aboutissant généralement à déployer une version du produit. Ailleurs dans le livre, je développe l’idée qu’une release n’est pas à confondre avec une mise en production, notamment dans le chapitre 2 (pages 20 et 21) et aussi dans le chapitre 16, qui s’appelle Planifier la release.
Impact mapping et artisan, la suite

Impact mapping et artisan, la suite

En juin, j’avais publié un billet qui montrait un usage de l’impact mapping dans la vie quotidienne : L’impact mapping pour dialoguer avec les artisans. Les travaux ont été effectués en juillet. Les features listées sur la carte, identifiées à partir des impacts attendus, ont bien été réalisées. J’avais demandé à l’artisan de revenir trois mois plus tard pour que je lui donne mon feedback. Et aussi pour qu’il me donne des conseils supplémentaires pour l’entretien.

Agile Pays Basque dans un mois

L’automne est la saison des conférences sur l’Agilité. Depuis 2008, Toulouse et quelques autres villes ont lancé le mouvement. Cette année encore, de nombreuses conférences seront organisées en octobre, novembre et même jusqu’en décembre (notamment pour Agile tour Toulouse). Mais cette fois, cela va commencer dès septembre avec une nouvelle conférence, le premier Agile Pays Basque. C’est dans un mois exactement, le vendredi 23 septembre. Une période où la Côte Basque est généralement très agréable.
L'impact mapping pour dialoguer avec les artisans

L'impact mapping pour dialoguer avec les artisans

Réfléchir aux impacts avant de penser aux solutions

Pour définir les travaux du paysagiste qui rénove la zone de mon bassin, j’ai utilisé l’impact mapping. J’avais installé un petit bassin dans le jardin il y a une douzaine d’années et aménagé ses abords. Au fil des ans, la coque préformée s’est déformée, une plante aquatique a proliféré, les contours se sont fait envahir. Bref, je n’en étais plus satisfait. J’ai fait appel à un paysagiste pour rénover la zone.

Taille et stabilité d'une équipe Scrum

On a vaincu la loi de Brooks. Joy!

Pour justifier qu’une équipe Scrum doit rester de taille raisonnable et surtout stable dans le temps, j’invoque souvent Tuckman et Brooks. Le modèle de Tuckman présente les phases dans la construction d’une équipe. Il sous-entend une certaine stabilité pour que l’équipe puisse progresser. En formation, il m’arrive de demander à des managers qu’est-ce qu’ils feraient si, à quelques semaines de la livraison, ils s’apercevaient que leur projet avait du retard. Un pourcentage non négligeable propose d’ajouter des “ressources”.
Visions

Visions

Renouveler ses visions

Le Raid #4 tirait à sa fin. Luigi s’est approché de moi et m’a fait part d’une légère frustration : il pensait que nous parlerions plus de vision en ce 3e jour. Vision ? D’abord pris au dépourvu, j’eus un réflexe habile en lui faisant remarquer que, dans le jeu auquel il avait participé la veille au soir, le fameux Mysterium, j’avais fait part de mes nombreuses visions.
Décider qu'une story est prête

Décider qu'une story est prête

Les 6D pour aider à la décision

Début juin 2015, en pleine écriture de mon livre, je n’avais encore que 4D et demi. Dans l’édition 4, il y a bien les 6, pages 82 et 83, chapitre Affiner le backlog. Voici l’extrait qui en cause : C’est l’équipe qui décide si une story est prête. Pour prendre sa décision, elle pourra s’appuyer sur une liste de vérifications, la définition de prêt. La définition de prêt est élaborée par l’équipe et dépend du contexte.
Butinage plutôt qu'essaimage

Butinage plutôt qu'essaimage

L’organisation du travail dans l’équipe pour un sprint s’apparente plus à l’organisation des abeilles pour le butinage quotidien

Dans mon livre Scrum, je parle d’essaimage, en particulier dans le chapitre 9, pour nommer la façon dont l’équipe s’organise collectivement pour faire le travail du sprint. Le terme est d’ailleurs dans le glossaire et cela constitue un pattern. Dans le livre Honeybee Democracy de Thomas Seeley (un grand merci à @langlois_s), il est largement question d’essaimage. Et l’essaimage est bien le reflet de l’intelligence collective des abeilles, qui font des études et prennent des décisions, par exemple pour :

Jour de fin de sprint

dredi

Résultat de mon enquête sur votre jour de la semaine pour finir un sprint. J’ai arrêté à 100 réponses, c’est plus facile avoir les pourcentages. 11 pour le lundi 8 pour le mardi 11 le mercredi 20 le jeudi 50 le vendredi Il s’avère donc que c’est le vendredi qui est largement utilisé comme jour de fin de sprint. Finir le vendredi paraît logique, mais n’a pas que des avantages.
La rétronoisette

La rétronoisette

Une question me taraude : est-ce que le hêtre fait bien partie des cupulifères ?

Dans la famille des cupulifères, après la châtaigne, à l’honneur au Raid#1, après le gland au Raid#2, c’était le tour de la noisette pour le Raid#3 de fin juin. Seulement voilà, le Raid#3 tombait en plein dans l’écriture de l’édition 4 de mon livre. Et comme je suis plutôt du genre monotâche, je n’ai pas pris le temps de chercher, avant le raid, une idée géniale pour une rétrospective sur le thème de la noisette.

Co-localisation des équipes Scrum

Voici le résultat du sondage, auquel plus de 100 personnes ont répondu. La question était : “Votre équipe Scrum est ?”, avec 5 réponses possibles. co-localisée : 46.73 % dans des bureaux proches : 10.28 % avec 1 ou 2 dév. en remote : 10.28 % dispersée, mais avec une culture commune : 10.28 % dispersée, sur plusieurs pays de culture différente : 22.43 % Ceux qui ont sélectionné la dernière réponse doivent avoir beaucoup de mal à bien pratiquer Scrum, à mon avis.
Le workflow d'une story

Le workflow d'une story

Les 5 C

Dans « Extreme Programming Installed », Ron Jeffries, en 2001, définit la vie de la story avec trois phases : la carte comme moyen de l’identifier, puis une conversation et enfin une confirmation. Cela est connu comme les « 3C »[1]. En fait, l’équipe déroule deux cycles de conversation et confirmation : un premier pour obtenir une story prête, un second pour que la story soit finie, donc nous avons les « 5C » :

Investir dans des stories prêtes

Un bon acronyme est celui qui dure longtemps

C’est le cas de INVEST, lancé en 2003 par Bill Wake. Cela fait donc 12 ans et INVEST est encore populaire ; des ouvrages récents y font toujours référence (je pense à No Estimates). Si l’acronyme est bon, je n’ai jamais trouvé cette liste de caractéristiques d’une bonne story particulièrement percutante. Je ne crois pas avoir fait de référence à INVEST ni dans mon blog ni dans mon livre. Bonne à quoi, la story ?

Durée des sprints en 2015

Deux semaines

Une majorité — relative — d’entre vous effectue des sprints de 2 semaines. Voilà ce que ça donne, en comparaison avec les deux précédents sondages sur le même sujet : Deux semaines 43.27 % alors que c’était 41.51 % il y a 2 ans et 37% il y a 5 ans. La durée de 2 semaines est celle la plus fréquemment utilisée, toujours en croissance. Trois semaines 24.04 % contre 25.

Arrêter Scrum pour le flux, mmmmh !

Parmi les raisons évoquées par ceux qui disent “on arrête Scrum pour passer au flux”, certaines m’apparaissent très discutables : les réunions prennent trop de temps, le sprint est un carcan qui met la pression sur les équipes, on déploie à un rythme différent du sprint, alors pourquoi le garder ? En effet, on peut rétorquer que ce ne sont pas des réunions, que si on y regarde de plus près ce sont souvent les estimations qui prennent du temps et qu’on peut tout à fait les supprimer en continuant Scrum.