Le syndrome de l'étudiant

… n’est pas réservé qu’aux étudiants.

Je viens de finir un article sur comment vendre les méthodes agiles. La date limite c’était fin avril. Je le savais depuis longtemps, presque 2 mois. Ce travail m’a demandé quelques heures et j’aurais pu trouver ce temps pour finir cet article bien plus tôt. Mais j’ai tendance à travailler dans l’urgence et à m’y mettre vraiment au dernier moment.

Cette façon de faire est connue en psychologie sous le nom syndrome de l’étudiant. Je connais pas mal de personnes qui ne sont plus étudiantes depuis longtemps et qui font comme ça. C’est humain : quand on a du temps devant soi, on repousse une tâche difficile jusqu’à se sentir obligé de la faire car il ne reste plus de mou dans le planning.

C’est pour éviter cette tendance naturelle que les méthodes agiles préconisent des itérations courtes et régulières et des plans détaillés uniquement pour ce court terme.

Voir aussi :