Travail collaboratif sur les projets

Avec la Bureautique2.0

Tous les ans, j’encadre plusieurs projets d’étudiants[1]. Les projets durent de septembre à mars et le cycle de vie est constitué d’itérations, chacune en général de 3 semaines. A chaque fin d’itération, il y a une revue à laquelle je participe. Les étudiants produisent des documents, qui sont évalués lors des revues. Oui, même avec les méthodes agiles et Scrum, il y a de la documentation à produire.

Il n’y a pas si longtemps de cela, les étudiants devaient fournir un exemplaire papier 3 jours avant la revue[2]. Ces dernières années, le papier a disparu : les documents réalisés avec des outils bureautique classiques m’étaient envoyés par fichier attaché à un message. C’était très hétérogène, il y avait du pdf, des sorties de la suite Office Microsoft ou de OpenOffice. Une autre technique utilisée parfois était le téléchargement des fichiers à partir du site du projet où les étudiants mettaient leurs documents, une fois finis.

L’année dernière, il y a eu des progrès significatifs dans la communication au sein de l’équipe et avec les enseignants, avec l’apparition de forums et des wikis dédiés aux projets. Une bonne partie du travail des étudiants n’est pas effectuée à l’université mais chez eux et ils utilisent déjà des outils collaboratifs avec des dépôts distants pour gérer leurs sources[3]. Les wikis, les forums, mais aussi la messagerie instantanée ou l’IRC sont des techniques que les étudiants utilisent naturellement, et ils sont employés aussi pour communiquer des informations relatives à leur projet.

Mais ce n’est pas pratique pour les documents.

Cette année nous avons demandé aux étudiants de mettre toute la documentation de leur projet sur GoogleDocs. De mon point de vue, c’est pour l’instant extrêmement satisfaisant. Je n’ai pas à attendre le dernier moment pour prendre connaissance du document, je peux faire des commentaires, le modifier. Je peux organiser les documents dans des dossiers pour les différents projets que je suis. Il est possible d’y mettre du texte[4], des feuilles de calcul[5] et même des présentations. On peut importer ou exporter facilement des (ou vers) les outils classiques. Les fonctions offertes sont largement suffisantes pour nos besoins. Les différentes révisions du document sont conservées, je peux même savoir quels étudiants y ont collaboré et à quel moment. Il m’est possible de collaborer régulièrement plutôt que de faire un contrôle a posteriori.

Bref, pour l’usage que nous en avons sur les projets, la Bureautique2.0 représente un progrès considérable.

Notes

[1] de l’IUP ISI à Toulouse

[2] heureusement, il y avait moins d’itérations, donc moins de revues

[3] dépôts CVS ou SVN

[4] pour les documents comme la Vision ou l’Architecture du logiciel

[5] pour le backlog de produit, le plan d’itération

Voir aussi