2008

AFK

Je suis AFK pour quelques jours. Et à mon retour du nouveau sur ce blog !
Burndown chart en couleurs

Burndown chart en couleurs

Un burndown chart de sprint montre au jour le jour le reste à faire sur les tâches du sprint. Une de mes équipes a produit lors de son dernier sprint une variante de burndown qui montre en plus le reste à faire sur chaque story réalisée pendant le sprint. Avec les couleurs, ça fait plus gai, vous ne trouvez-pas ? Ca peut aussi aider à voir si l’équipe commence un peu tout en même temps ou se consacre aux éléments du backlog l’un après l’autre.

Pratiques agiles préférées

.. des étudiants. Je corrige les copies. Une question de mon sujet d’examen portait sur les pratiques agiles. J’ai donné aux étudiants une liste d’une trentaine de pratiques, en leur demandant d’en choisir 6 pour les présenter et les expliquer. Je leur laissais le choix, donc je suppose qu’ils ont choisi celles qu’ils ont le mieux comprises. J’ai 29 étudiants dans la promo. Ils les utilisent à peu près toutes sur leurs projets.

Living in the Ice Age

IceScrum Age ! La nouvelle version d’IceScrum, la R2#9, est enfin disponible dans les bacs. Fruit de la collaboration entre Ekito et des étudiants de M1 de l’IUP ISI, cette nouvelle mouture est haute en couleurs. Cela me motive pour reprendre les tutos. En attendant, celui sur le démarrage d’un projet et celui sur la gestion d’un sprint peuvent être utiles même si l’usage a légèrement changé avec la R2#9, dans le sens d’une plus grande utilisabilité.

Cherche sujet d'examen

Un sujet agile. Tous les ans, c’est pareil, il faut que je trouve un sujet pour l’examen du module Ingénierie du Logiciel Agile. Même 2 fois par an avec la repêche de septembre. Chaque fois, je me casse la tête pour trouver un sujet nouveau et original. L’an dernier, une partie portait sur des burndown charts à commenter. Quoi cette année ? Questions de cours ou étude de cas ? Sujet ouvert ou QCM ?

Ma présentation de vendredi au SigmaT8

Plein de têtes nouvelles au séminaire de vendredi parmi la cinquantaine de personnes présentes. Ma présentation sur le plan de release (et le planning poker et la vélocité) est accessible sur le site SigmaT ou ici en fichier attaché. La présentation a été filmée par Olivier, mais le son n’est vraiment pas bon. Comme Vincent a enregistré sur son dictaphone avec une meilleure qualité de son, on va voir s’il y a moyen de mixer les deux.

SigmaT8 aujourd'hui à 16 heures

Séminaire gratuit sur les méthodes agiles à Toulouse ! Pour les retardataires, il est encore temps de consulter le programme et de s’inscrire. Vous pouvez même venir sans vous inscrire, il reste de la place. En plus des présentations, il y aura une animation surprise permettant de gagner des jeux de planning poker. Et un apéritif offert à tous.

Rencontre de praticiens Scrum à Paris

Un soir d’hiver, rue des Vinaigriers… J’ai été invité à participer à la réunion mensuelle d’un groupe de praticiens parisiens. Comme j’étais justement à Paris ce soir, entre une formation Scrum pour un client et une rétrospective de sprint 2 pour un autre, j’y ai assisté. Avec Jean-Marie, nous étions 2 toulousains en vadrouille parmi la quinzaine de participants. C’était un peu foutraque mais très sympathique. Le sujet de débat a été choisi en séance parmi une dizaine de propositions.

Estimation en points et planification de release

C’est le sujet de ma présentation de vendredi au SigmaT8. Ceux qui ne connaissent pas trop l’agilité pensent parfois, à tort, qu’on ne peut pas planifier sur les projets agiles, parce que ça change tout le temps. Ils ont bien compris que le client pouvait faire des changements. Ils doivent en déduire : A quoi ça sert de faire des plans s’ils sont remis en question ? D’autres qui appliquent l’agilité depuis peu ont compris que dans les méthodes agiles il y avait bien de la gestion de projet et de la planification à court terme (tableau des tâches, burndown chart de sprint), mais ne voient pas encore l’intérêt de la planification de release, à moyen terme.

Vedette française

Un gourou Lors de la dernière conférence à Toulouse dans le cadre de l’Agile tour, nous avions reçu une vedette américaine, pour la présentation Agilité en situation. Pour le séminaire de vendredi 12, nous aurons comme orateur un autre auteur à succès, avec Pascal Roques. Pascal est un habitué de nos séminaires, il a assisté à la plupart depuis 2 ans. Mais c’est la première fois qu’il va y faire une présentation.

Eléments du backlog : Features, stories et spikes revisités

Que met-on dans le backlog ? L’an dernier, j’avais fait un billet sur les features, stories, epics…. Aujourd’hui je revisite ces notions à l’occasion d’évolutions dans IceScrum, qui les embarque actuellement de façon pas très limpide. Pour simplifier l’usage, nous allons fusionner les notions de thèmes et de features, et nous appuyer sur des idées de Dean Leffingwell et Philippe Kruchten. Le backlog de produit contient des éléments, qui sont :

Le retour des automates avec le BDD

La vérité sur le Behavior Driven Developement. Un des réalisations dont je me souviens de ma vie de développeur, c’est l’écriture d’un générateur de code à partir de tables décrivant un automate. Plutôt un moteur d’automate, capable de lancer les actions élémentaires d’une transition suite à la réception d’un événement dans un état. A l’époque je travaillais à Telic-Alcatel dans le monde des autocommutateurs (PABX). Le comportement du poste téléphonique était décrit avec des automates à états finis.

Du mou pour les impondérables

La pratique agile du jour : garder un peu de mou dans les plans. Même si on a fait une analyse des risques et mis en place une stratégie de réduction, des impondérables surviennent toujours sur un projet. Un impondérable (impediment) a pour effet de bloquer ou ralentir une ou plusieurs tâches en cours. Pour empêcher ces impondérables de remettre en cause les engagements, il faut se garder du mou lorsqu’on planifie (c’est d’ailleurs aussi une stratégie de réduction des risques).

Programme du SigmaT8

Après le succès de l’Agile Tour du 16 octobre, nous reprenons les séminaires trimestriels à Toulouse. En attendant de nouvelles formules pour 2009. Donc le prochain SigmaT, le 8ème en 2 ans, aura lieu le 12 décembre. Un programme varié, avec un retour d’expérience, de la modélisation agile et un sujet que je présenterai sur la planification de release. Le 16 octobre nous avions distribué aux premiers inscrits des cartes de planning poker.

Compte-rendu de sprint

Un cadeau pour mon 500ème billet ! A la fin d’un sprint, il y a la revue et la rétrospective. Les plans sont actualisés et les rapports sont mis à jour. Mais toutes les partie-prenantes ne participent pas aux réunions et n’ont pas toujours un accès facile à ces rapports. Il peut être utile de diffuser un petit compte-rendu, sous forme de présentation, qui les contient. Pour cela, j’ai un plan-type de présentation OpenOffice qui permet de produire un compte-rendu en quelques minutes, en y faisant figurer les informations importantes :

Martine, c'est pas ma cousine

Mon patronyme est dans l’actualité. Martine, c’est pas ma cousine. D’ailleurs j’aurais préféré Ségolène pour mettre en œuvre le changement nécessaire au PS. J’avais mentionné à l’occasion de la présidentielle les nombreuses références qu’elle faisait à l’agilité. Malheureusement elle n’a pas eu l’occasion de l’appliquer… Pour rester dans l’agilité, Martine a le soutien de Jeff Sutherland sur les 35 heures : 35 heures de travail par semaine, c’est l’optimum de productivité avec Scrum(par Alex).

Scrum à l'Université Paul Sabatier

6 projets (sur 6) ont choisi Scrum J’ai assisté ce matin à une présentation des projets des étudiants du Master1 de l’IUP ISI. Il s’agit des étudiants que je forme, avec d’autres, aux méthodes agiles (50 heures de cours et TD). Ils ont également des projets qui commencent en octobre et durent jusqu’en mars. Une équipe (motivée) qui travaille sur un projet peut y passer jusqu’à 2000 heures, ce qui permet de belles réalisations.

L'architectus oryzus, une espèce à protéger

J’ai fait du latin dans ma jeunesse… Dans son célèbre article Who needs an architect?, Martin Fowler distingue l’architectus reloadus et l’architectus oryzus : Le premier prend les décisions importantes, souvent très tôt, et les fait appliquer. L’architectus oryzus est un expert aussi, mais plus investi dans le projet. Il collabore intensivement avec le reste de l’équipe, il met les mains dans le cambouis quand c’est nécessaire. Il agit plus comme guide et médiateur.

Controverses

La controverse du jour, c’est le rad James Shore qui l’a déclenchée avec son billet The Decline and Fall of Agile. L’article est intéressant, les commentaires aussi. En (très court) résumé : il y a des risques de se planter avec Scrum si on est mal formé et il faut des pratiques d’ingénierie pour éviter la dette technique. En France aussi nous pouvons polémiquer. Il y a le rad la modélisation par exemple qui est un bon sujet.

Zorro est revenu

La valeur et le coût, c'est pas pareil

Dans son deuxième commentaire de mon billet sur la variation de périmètre, Zorro revient sur les courbes et s’y perd entre les notions de valeur, d’effort et de coût. J’essaie d’éclaircir. Le burndown chart montre l’effort qui reste à faire. Il est obtenu en collectant le nombre de points des éléments qui restent à faire dans le backlog de produit. Exemple : début du sprint 1 : 100 points à faire fin du sprint 1: 82 fin du sprint 2 : 64 fin du sprint 3 : 56 fin du sprint 4: 30 Il ne permet pas de connaitre la part due au travail accompli et celle venant du changement de périmètre dans le backlog.