RAB

C'est dimanche (pluvieux), on travaille pas, on se distrait

Dans Reste à brûler, Eric revient sur la francisation en informatique et évoque mes efforts de traduction des termes agiles.

C’est vrai que je me suis amusé, l’année dernière, à inventer un néologisme. J’ai la volonté d’essayer d’utiliser le français quand l’anglais n’est pas évident à comprendre. Je suis comme Etienne qui, dans le commentaire du billet d’Eric, pense que la recherche de la traduction est un très bon exercice. Mais comme je me suis heurté à la difficulté de traduire burndown chart, j’ai suggéré beurdone.

Je n’y avais pas pensé, pourquoi pas reste à brûler pour burndown ? Comme en France on aime bien les acronymes, cela fera RAB. Pour bien montrer que c’est du travail qui reste à faire, RAB marchera aussi pour reste à branler et si on veut combiner le travail et le feu, on pensera à reste à bûcher…

Dans la pratique, l’usage du burnup est souvent plus pertinent que celui du burndown. Alors pour burnup chart, on pourrait dire le graphe du brûlé ?

Comme le fait remarquer Etienne, ce qui importe c’est la communication. Français ou anglais, j’utilise le terme qui me paraît le plus compréhensible des personnes à qui je m’adresse. J’essaie et si ça ne marche pas, je change de terme. C’est ainsi que j’ai longtemps utilisé Directeur de produit pour Product Owner, suite à la lecture d’un article de Brian Marick, qui est une référence. Mais je suis revenu à l’anglais depuis plusieurs mois, pour les raisons que Laurent donne, toujours dans les commentaires du billet d’Eric.

Et finalement mon usage actuel est assez peu francisé :

  • j’utilise scrumMaster et product owner
  • je ne dis pas product backlog mais backlog de produit
  • je n’utilise pas sprint backlog, je dis la liste des tâches du sprint
  • je dis sûrement un peu plus user story que histoire d’utilisateur
  • j’utilise indifféremment stakeHolder ou partie-prenante ou intervenant extérieur
  • je dis Parking lot diagram, si quelqu’un a une proposition…
  • je dis release à tour de bras
  • je dis planning poker et story points
  • j’ai tendance à dire TDD plutôt que développement piloté par les tests, refactoring plutôt que remaniement, pair programming plutôt que binômage.

Dans Scrum, il y a aussi impediment pour lequel j’utilise problème. Mais je n’en suis pas très satisfait. La gestion des problèmes est un processus ITIL qui, dans un autre contexte, a une signification différente. Impondérable, ça commence pareil qu’impediment ?

Voir aussi