Un pomodoro, des pomodori

Le retour des tomates, au cœur de l'hiver

Un pomodoro, des pomodori

En janvier, j’ai essayé Getting Things Done. Les Mêlées a raconté son expérience et il en est content. J’ai lu le livre de David Allen. J’ai tenté de l’appliquer. Comme je ne suis pas très papier, je n’ai pas pris l’option dossiers avec des chemises. J’ai essayé GTD inbox, un module complémentaire de Gmail. Au bout d’une semaine, le constat était plutôt mitigé. Trop compliqué, ça ne me convainc pas.

C’est alors que je suis tombé sur le livre de Staffan Nöteberg, the Pomodoro technique.

Le pomodoro est une technique dont j’avais parlé en 2006, dans le billet la pause. Elle a été inventée par un italien, Francesco Cirillo (doù les tomates), et a été présentée dans des conférences XP, il y a quelques années. Le livre de Staffan Nöteberg est très original, avec un peu de texte et de belles illustrations. La technique du Pomodoro est présentée de façon vraiment convaincante.

Alors j’ai arrêté aussitôt le GTD et je suis passé au Pomodoro, plus adapté à ma culture, pour gérer mes tâches, les tâches personnelles aussi bien que les professionnelles.
Le principe est de se concentrer pendant 25 minutes sur une tâche. Pour cela, il suffit d’un minuteur. Mais le Pomodoro c’est plus que ce timeboxing et ça se rapproche des pratiques agiles de gestion de projet.

Alors, comme je suis très outil, j’utilise le Pomodoro avec IceScrum. Un pomodoro de 25 minutes, c’est une unité de temps à un point. Par exemple, une tâche comme écrire un billet sur mon blog. Un sprint dure un jour pendant lequel on fait plusieurs pomodori, entrecoupés par des pauses. Le backlog de produit correspond à la liste des activités à faire. Elles sont estimées en nombre de pomodori nécessaires pour les accomplir. Les activités sont regroupées en projets ou domaines, par exemple blog, icescrum ou jardin. J’utilise pour cela les features dans IceScrum. Tous les matins je lance mon sprint quotidien en définissant la liste des tâches de la journée, après avoir fait le bilan (la rétrospective) de la journée précédente.

Je vais d’abord tester le Pomodoro pour moi tout seul, avant d’envisager une diffusion plus large de cette pratique.

Le groupe du jour, c’est les Tindersticks. Les Tindersticks, c’est le genre de musique qu’on peut écouter tout en travaillant, comme Staffan l’a fait pour l’écriture de son livre.

Voir aussi