Agacement contre le franglais agile

Lors des dernières conférences auxquelles j’ai participé, j’ai assisté à quelques présentations. En français, mais avec beaucoup de jargon.

Cela m’amène à penser que l’usage du franglais est excessif dans notre communauté.

Certes, moi aussi je fais une utilisation intensive de termes anglais. Dans mon livre Scrum, etc… j’utilise backlog, feature, story, scrumMaster, Product Owner, release, burndown… D’ailleurs quand j’ai commencé le livre, je croyais que l’éditeur me demanderait de les bannir. Mais non, il n’y a pas eu trop de discussions et ces mots sont simplement écrits en italique.

Auparavant, dans ce blog, j’avais fait des tentatives pour limiter le franglais et même pour franciser quelques termes, en proposant :

Parfois l’usage du franglais amène des prononciations amusantes.

Mais ce qui m’agace, c’est l’usage de mots ou tournures anglais alors qu’on a ce qu’il faut en français.

Je pense en particulier à done. Parfois on utilise un mot anglais parce que c’est plus court, mais là il y a 2 mots possibles en français, qui font aussi 4 lettres ; fini ou fait. L’expression “ça c’est fait” qui est à la mode en ce moment illustre une possibilité. De mon côté, j’utilise fini et je parle de signification de fini pour la pratique nommée en anglais definition of done.

L’usage du franglais syntaxique m’énerve aussi en particulier l’inversion du complément de nom. Par exemple quand on dit sprint planning meeting.

Je suis également chagriné quand j’entends product backlog ou sprint review au lieu de backlog de produit et revue de sprint.

Le “daily scrum”, parfois raccourci en “daily” ne me plaît pas non plus. On peut dire le scrum quotidien, le scrum du jour, mais je suis tenté de (re)pousser la mêlée.

En préparant ma présentation sur l’agilité au-delà du projet, je tombe sur un nouveau problème de traduction avec le terme epic. Pas complètement nouveau, puisque j’en parlais déjà en 2007 dans le billet Features, themes, epics et stories en proposant épisode ou épopée. Bof. Là je m’oriente plutôt vers saga. Ah, c’est pas facile !

Voir aussi