Grand chelem

Encore une fois on a constaté no scrum no win

À juste titre, l’adage “no scrum no win” a été ressorti après la victoire de l’équipe de France. C’est Marc Lièvremont, l’entraîneur français, qui l’a fait dans L’Equipe. Effectivement cette victoire difficile doit beaucoup à la mêlée.

Il y a 4 ans, ma première présentation de Scrum portait sur l’analogie avec le rugby[1] et de mes premiers billets sur ce blog s’appelait Mêlée. Depuis je continue à faire de temps en temps référence au rugby dans mes billets et je l’ai fait aussi dans mon livre[2]. De temps en temps, parce que l’analogie entre Scrum (ou l’agilité) et le rugby a ses limites.

Cette comparaison est pourtant reprise ces derniers jours :

En ce qui concerne la comparaison entre l’équipe de rugby et l’équipe Scrum, il y a des différences de point de vue sur les rôles :

  • dans la présentation de vendredi, le ScrumMaster est comparé à l’entraîneur (le coach ?) et le Product Owner au propriétaire du club,
  • Thierry, lui, considère que le Product Owner correspond au demi de mêlée et que le ScrumMaster est plutôt le capitaine.
  • de mon côté, j’ai toujours, pour l’analogie, comparé l’équipe Scrum au pack du rugby (les “gros”, le huit de devant) et le ScrumMaster au demi de mêlée. C’est ce qui me parait avoir le plus de sens et en particulier avec la phase de jeu dite du ballon porté sur un groupé pénétrant.

Voilà un sujet de discussion pour la rétrospective du SigmaT13 que nous allons faire ce soir…

Notes

[1] c’était aux Valtech Days en mars 2006 et le titre de la présentation était : Scrum, l’esprit d’équipe comme au rugby

[2] les livres que je cite dans la bibliographie ne sont pas très nombreuses, mais il y a parmi eux L’esprit rugby, pour un autre leadership, de Pierre Villepreux et Vincent Blachon.

Voir aussi