Quiz, la question 13 sur le burndown chart

Pensez à garder du mou

La question était la suivante :

Au milieu du sprint, le burndown chart de sprint remonte. Vous êtes ScrumMaster, que faire ?

Les réponses suivantes étaient proposées :

  1. Vous regardez s’il reste du mou
  2. Vous l’envoyez immédiatement au grand chef
  3. Vous le remplacez par un burnup
  4. Vous passez un savon à l’équipe

3.9 % des 154 répondants sont partisans de tancer l’équipe. Ce n’est pas la réaction appropriée d’un ScrumMaster, dont le rôle est décrit dans cet ancien billet de presque 5 ans.

Plus de 5% sont d’avis qu’il faut en référer au chef. Comme la transparence est de mise, ce burndown devrait être visible par tout le monde y compris le grand chef, ce n’est donc pas utile de lui envoyer. De plus le burndown chart de sprint est un indicateur qui sert essentiellement à l’équipe.

Le remplacer par un burnup, choix de 13% des votants, cela semble une astuce du ScrumMaster pour masquer un mauvais indicateur. Comme on dit ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on guérit le malade. Cependant il est vrai que le burnup à 2 courbes est souvent plus parlant qu’un burndown, parce qu’il montre l’évolution du total en plus du reste à faire, comme le montre cet exemple de burnup de sprint en tâches. Et si le burndown remonte, c’est probablement parce que du travail a été ajouté (par exemple une tâche qui n’avait pas été identifiée avant).

C’est donc la réponse 1, plébiscitée par les quizés, qui est la chose à faire en premier. S’il ne reste pas assez de mou, il faudra revoir les objectifs du sprint en “déscopant” une story.

Pour espérer qu’il en reste, il aura fallu, évidemment, garder du mou lors de la planification du sprint.

Là, je m’attends à une question, qu’on m’a d’ailleurs posée cette semaine au cours de ma formation Scrum de 3 jours :

il est de combien le mou ?

Voir aussi