Le PO proxy n'existe pas

Si vous avez défini un rôle de Product Owner proxy, vous faites du faux agile

Le PO proxy n'existe pas

J’ai participé vendredi à une réunion/débat organisée par l’association Agile Toulouse sur le rôle de PO, axée sur la notion de PO Proxy.

Ce billet n’est pas un compte-rendu de la réunion, j’y présente mon point de vue.

Nathalie, dont c’était la fête, nous a fait une présentation de pratiques pour lesquelles le PO pouvait être assisté, par exemple pour l’animation d’ateliers de type Innovation Games.

De mon côté, j’avais préparé une carte heuristique centrée sur le rôle de Product Owner.

C’est un résumé, tiré du chapitre 3 de mon livre, qui présente :

  • ses responsabilités,
  • sa participation aux activités faites en collaboration par l’équipe,
  • les compétences souhaitées et
  • des conseils pour progresser.

Product Owner est un rôle. Il est, en principe, tenu par une seule personne qui aura ces responsabilités et participera à ces activités. Il existe des situations où une seule personne ne sera pas en mesure d’y parvenir. Les 2 principales raisons sont le manque de compétence et le manque de temps. A noter que ce sont des situations temporaires, on peut acquérir des compétences et s’arranger pour avoir du temps.

On peut donc envisager qu’il y ait plusieurs personnes qui jouent le rôle de PO dans une équipe[1].

Voyons quelques cas :

  • une personne novice se fait assister par un coach, qui l’aide à tenir ses responsabilités et à animer des ateliers et réunions,
  • deux personnes se partagent des domaines fonctionnels,
  • il y a une personne pour le remplacement au cas où (backup).

Pour que ça fonctionne bien, il convient d’être clair sur deux responsabilités clés :

  • prioriser les stories,
  • et déclarer les stories finies.

Il lui faut aussi participer aux rites d’équipe (planification, mêlée, reuve, rétro).

Quand une seule personne joue le rôle de PO, il peut déléguer certaines responsabilités à des membres de l’équipe, par exemple sur les critères et tests d’acceptation.

Par contre si une personne délègue la plupart des responsabilités, en particulier la priorisation et la finition des stories, et ne participe pas à la majorité des réunions, on ne peut plus considérer qu’elle soit PO. C’est celui qui reçoit la délégation et participe au travail collaboratif qui est le PO. C’est pourquoi le rôle de substitution présenté sous le nom de PO proxy n’existe pas.

Note

[1] Dans iceScrum, c’est une évolution qui s’est faite il y a quelque temps, alors que dans les premières versions une seule personne pouvait tenir le rôle.

Voir aussi :