Le rythme des saisons

Un rite saisonnier

Le rythme des saisons

Comme Scrum, les séries télé sont devenues extrêmement populaires. Les créateurs d’une série, après avoir testé l’intérêt de leur idée dans un pilote, préparent une première saison avec quelques épisodes. Si la saison est bien reçue, il y en aura d’autres, puis d’autres encore tant que l’intérêt du public se maintient.

Cette analogie d’un sprint avec un épisode m’a frappé, c’est pourquoi je vais reprendre le terme saison pour nommer une séquence de quelques sprints.

Je l’appelais release dans les éditions précédentes de mon livre. Mais la confusion est toujours restée, même chez mes lecteurs, entre la période de temps et la livraison. C’est pourquoi je change, en utilisant le mot saison pour désigner la période de temps composée de plusieurs sprints, au lieu de release.

J’utilisais release dans ce sens depuis 2006 et ce billet !

Je recommande la saison de durée fixe, comme le sprint ; c’est-à-dire que toutes les saisons ont la même durée. Cette notion est intéressante pour prévoir à moyen terme. L’équipe définit cette durée de la saison, comme elle le fait avec celle du sprint.

Le pattern rythme des saisons consiste à rythmer le développement avec une période de temps de 3 mois, constituée de sprints.

Il se trouve qu’avec une durée d’un trimestre, on retrouve le rythme des vraies saisons. Faisons les comptes : un trimestre dure environ 13 semaines.

  • Avec ces sprints de 2 semaines, cela fait 6 sprints dans la saison.
  • Avec des sprints de 3 semaines, on fera 4 sprints dans une saison.

Cela laisse en gros une semaine d’interlude en fin de saison. C’est bien pratique pour faire plein de choses différentes.

Le pattern rythme des saisons est présenté dans l’édition 5 de mon livre Scrum, comme de nombreux autres patterns (et antipatterns).

Voir aussi