Rythmer le flux avec des sprints

Chapitre 2

Rythmer le flux avec des sprints

Édition 5

La première partie du chapitre présente le développement itératif et incrémental. Elle a légèrement évolué dans cette édition. La 2e partie du chapitre a été complètement remaniée.

Points à noter

  • le titre : il a changé, dans l’édition précédente, c’était Le cycle des sprints.
  • Page 20, l’approche à deux phases pour le développement d’un produit : exploration puis exploitation après le MVP. Cette notion est reprise de Lean Entreprise.
  • Pages 23-24, les critères pour définir la durée des sprints (j’aurais pu en tirer l’acronyme CIFF)
  • Page 25, à propos du résultat du sprint, définition de mise en service et de déploiement pour expliquer l’approche orientée flux : la fin d’un sprint est temporellement décorrélée de la mise en service auprès des utilisateurs finaux
  • Page 27, la notion de saison et le pattern rythme des saisons
  • Pages 28-29 : les notions de prélude, interlude et postlude

Compléments de lecture

Ne pas oublier d’aller voir :

Vous y trouverez :

  • Un article de Mike Cohn sur l’intérêt d’avoir une durée de sprint fixe : Les quatre raisons d’avoir une durée de sprint constante
  • Un article d’Alistair Cockburn : Utiliser les développements incrémental et itératif ensemble

Articles de blog référencés dans le chapitre

  • Page 17 : Le cycle en V n’existe pas, publié en janvier 2007 et qui a longtemps été le billet le plus lu de mon blog (maintenant je ne mesure plus).
  • Page 20 : Le Lean Startup, un article d’un invité : Nicolas Deverge.

Édition 3

Le titre est : “Des sprints pour une release”

En résumé

Avec Scrum, un produit est développé selon une approche itérative et incrémentale. Le sprint donne le rythme auquel sont produites des versions partielles potentiellement livrables du produit. La release est la séquence de sprints à l’issue de laquelle le produit est livré aux utilisateurs.

Changements dans les éditions successives

Ce que j’en disais pour le passage de l’édition 1 à l’édition 2.

Ce chapitre est passé de plus de 15 pages dans les éditions 1 et 2 à moins de 14 pour la 3. J’ai supprimé quelques parties qui m’ont semblé inutiles aujourd’hui et revu la formulation de nombreux paragraphes (du refactoring quoi).

Liens

Dans mon livre, les liens apparaissent souvent dans les notes de bas de page. Dans la version numérique, ils sont cliquables. Je les présente ici pour faciliter l’accès à ceux qui ont la version papier.

Voir aussi