Enchanté à Uchentein

La montagne ça vous gagne

Enchanté à Uchentein

Mardi, j’étais en randonnée avec Patrice dans la vallée du Biros, au-dessus d’Uchentein.

Patrice, c’est le dessinateur des mes livres Scrum. Car si mon dernier livre —L’art de devenir une équipe agile— est un livre illustré (par Étienne Appert), mes livres Scrum contiennent aussi des petits dessins, depuis la première édition en 2010.

Livre Scrum

Comme chaque édition est venue avec des modifications conséquentes, elle a eu aussi son lot de nouveaux dessins. C’est Patrice qui les a dessinés, avec son humour décalé. Les commentaires montrent que les lect·eurs·rices apprécient (oui, cette édition est en écriture inclusive).

À propos du livre Scrum édition 5, j’ai profité du passage sous Hugo pour revoir les pages qui en parlent dans ce blog.

J’en ai fait une section dédiée, qui apparait dans la barre de menu.

Cette cinquième édition est publiée depuis environ 2 ans ; elle continue tranquillement à bien se diffuser.

On arrive à plus de 25 000 exemplaires toutes éditions confondues.

Pendant le confinement, j’ai reçu de nombreuses évaluations sur Amazon, peut-être le signe que les gens avaient plus de temps pour lire. Et je note qu’ils ont plutôt lu Scrum que L’art de devenir une équipe agile.

Antipatterns

Avec Patrice, nous avons chanté (car Patrice est un artiste pluridisciplinaire), admiré le paysage, évoqué Jospeh et Milan et parlé —un tout petit peu— du livre Scrum, qu’il consulte parfois avec son fils chef de projet (hum !) dans un contexte où Scrum est (plus ou moins bien) appliqué.

Ils apprécient particulièrement les patterns et antipatterns que je présente dans chaque chapitre. En particulier les antipatterns. Ça me fait plaisir. Tiens, ça va me faire un prochain article, peut-être.

En randonnée, un antipattern c’est de prendre ce qu’on croit être un raccourci au lieu de suivre le chemin balisé.

Les communs

Dans les montagnes ariégeoises, on trouve des orrys, des cabanes de berger, des cairns, des sources aménagées. Ce sont des exemples de biens communs, qui existent depuis des années. Le bon état de la cabane de l’Arraing montre qu’on ne tombe pas toujours dans la tragédie des communs.

Les communs, c’est un sujet qui revient en force et c’est heureux. Nous nous y intéressons en relation avec l’agilité radicale.

Je conseille la lecture du numéro spécial de Nature & Progrès : La voix des communs (en téléchargement libre)

Pour revenir sur cette rando, elle était magnifique. Avec une mer de nuages qui s’est dissipée laissant apparaître le Vallier, le Maubermé et tous les sommets du Couserans.

Nous l’avions trouvée sur Visiorando : le pic d’Arraing.

Voir aussi :