contrat

Arrêt sur retours d'expérience

La journée sur les méthodes agiles organisée par le CCT du Cnes a fait la part belle aux retours d’expérience. Les 200 personnes qui assistaient à ce séminaire, dont l’accroche était “Vraie rupture ou effet de mode ?”, ont pu se rendre compte de la diversité des mises en œuvre. Depuis 6 ans, j’ai assisté à des tas de retours d’expérience. Nous en avons organisés beaucoup avec la SigmaT, devenue Agile Toulouse.

Un retour d'expérience Scrum épatant

Jeudi, lors de l’Agile Tour à Toulouse, j’ai assisté au retour d’expérience d’un projet au forfait en Scrum entre l’INRA et Ekito. A chaque fois que je fais une présentation publique (et c’était encore le cas à Montpellier vendredi), j’ai droit à la question sur la compatibilité du forfait avec l’agilité ; la meilleure réponse est donnée par des expériences réussies. Et celle-là était la plus convaincante que j’ai observée.

La vie en SSII

L’agilité devrait ramener un peu du plaisir de coder. Aujourd’hui et demain, je fais une formation Scrum dans une grosse SSII. J’ai passé moi-même 9 ans dans une société de services. J’aime bien rencontrer les informaticiens de SSII. La participation à des projets dans des contextes et des domaines différents leur donnent une grande ouverture d’esprit. Je trouve qu’ils sont particulièrement intéressés par l’agilité et tout à fait disposés à l’appliquer sur leurs projets.

Gagnant-gagnant pour un contrat au forfait

Money for nothing, en version française. Une des présentations du prochain SigmaT sera : Quel contrat pour mon projet ? La contractualisation agile, c’est un sujet très demandé. Cela ne concerne pas tout le monde, mais ceux qui sont impliqués dans un contrat au forfait, soit du côté client, soit du côté fournisseur, y sont très sensibles. J’avais déjà fait une présentation sur le sujet en 2007 et écrit des billets, comme celui-ci.

Agilité et business model des SSII

Mon interview dans 01, sur le modèle historique du contrat au forfait face à l’essor des méthodes agiles Dans la présentation Agilité en situation, nous avons identifié des attributs permettant de caractériser le contexte avant de décliner les pratiques agiles adaptées à ce contexte. Parmi ces attributs, le business model. L’exemple typique de business model éloigné du coeur de cible de l’agilité est celui des SSII travaillant au forfait, à partir d’un contrat, avec un cahier des charges détaillé et dans un budget fixé.

Les projets au forfait et l'éthique, en français

Les projets au forfait, c’est un sujet imprégné de culture d’entreprise. Il existe une croyance sur l’incompatibilité de l’agilité avec les contrats au forfait. Il faut des arguments et du temps pour la combattre. Les arguments sont connus, j’en ai déjà présentés plusieurs[1]. Mais c’est toujours nécessaire d’y revenir, en avançant de nouvelles thèses. Scott Ambler, qui avait fait un article l’an dernier sur le sujet, met cette fois-ci en avant l’éthique.

Conseil agile

Pour une méthode agile, du conseil agile

Dans Scrum en 100 mots, apparaît une notion essentielle de Scrum : le résultat (d’un sprint) est inspecté et, en fonction de son évaluation, il est décidé d’arrêter ou de continuer le développement. Quand je fais une prestation de conseil, j’essaie d’appliquer le même principe. Si une entreprise souhaite utiliser mes services, nous nous mettons d’accord sur un nombre de jours d’intervention, défini en fonction des besoins et le plus souvent contraint par un budget.

Contrat au forfait et démarche agile

Une discussion récente avec un acheteur d’une grande administration m’a conforté dans l’idée que le contrat au forfait n’est pas un obstacle à l’introduction de l’agilité. Au contraire, l’agilité apparaît comme une voie à suivre pour éviter les difficultés rencontrées dans les contrats actuels. Voici un petit résumé des quelques idées que je lui ai présentées, reprises de ma contribution au livre de Véronique Rota : Le client est celui qui demande une solution informatique à un problème et le fournisseur celui qui développe la solution.

La release à points

Une release est une série de sprints successifs. C’est une période de temps. Comment et quand déterminer la fin de la série et donc la fin de la release ? Il y a la façon adaptative : la fin de la release n’est pas fixée, elle est envisagée à la fin de chaque sprint. On parle de release ajustable. Il y a la façon prédictive : la date de fin de la release est décidée, c’est ce qu’on appelle une release à date fixée.

SigmaT3 : agilité et contrat au forfait

Le séminaire de vendredi sera l’occasion de débattre de ce sujet récurrent Lors des précédents séminaires, une question est revenue plusieurs fois dans les discussions : les contrats au forfait sont-ils compatibles avec les méthodes agiles ? Cette fois, le sujet est à l’ordre du jour du séminaire de vendredi à Toulouse. Voici quelques questions fréquemment posées : Quels sont les avantages des méthodes agiles pour le client ? pour le fournisseur ?

Des contrats agiles

Si on ne peut pas éviter les contrats, faisons en sorte qu’ils soient agiles Dans un billet récent Arrêtez les contrats, je citais un article de Scott Ambler qui montre les défauts des contrats à prix fixé à l’avance. Certains gourous de l’agilité, comme Martin Fowler, pensent même que ce type de contrat est incompatible avec une approche agile. D’autres considèrent que les contrats au forfait sont inévitables et préconisent d’y introduire des pratiques agiles.

Arrêtez les contrats au forfait

Toujours dans sa mission de vulgarisation de l’agilité, Scott Ambler revient dans Dr. Dobb’s sur les conséquences néfastes de faire des projets à coût fixé à l’avance, ce qu’on appelle généralement en France les contrats au forfait. Tout le monde, me semble t-il, est à peu près conscient des graves inconvénients des contrats au forfait. Il est temps, comme le conclut Scott, de repenser la façon de financer les projets.

Forfait agile

Une approche agile pour des prestations au forfait J’ai participé en septembre à une réponse à un appel d’offres. Le document de consultation donnait des indications sur la nature de la prestation demandée : une prestation au forfait comportant des livrables et engagement du délai de fourniture. En revanche, il ne donnait pas beaucoup d’informations sur le contenu de ces livrables. Impossible avec ça de faire une estimation raisonnable. Même dans un domaine -les processus- et dans un contexte que nous connaissions particulièrement bien.

Agilité pour un contrat au forfait

Le contrat au forfait tel qu’il est couramment pratiqué n’est pas la meilleure façon de travailler entre une MOA et une MOE. Mais s’il est imposé, il n’est pas incompatible avec des pratiques agiles, qui peuvent contribuer à son succès. J’ai eu récemment des discussions, dans 3 domaines différents, sur l’adéquation d’une méthode agile (Scrum) à des projets réalisés au forfait. On évoque souvent la nécessité d’avoir des specs détaillées pour estimer le prix comme l’argument qui empêche de travailler par itérations.