SAFe

Héhé, vous ne trouverez ici que des articles négatifs sur SAFe.

Au départ, entre 2008 et 2011 je m’intéressais aux travaux de Dean Leffingwell et j’en parlais dans mes articles. Mais dès que cela a enflé et dérivé en gros machin commercial avec des certifications je suis devenu critique ; maintenant j’en parle surtout pour dire que c’est du faux-agile.

Si vous vous intéressez au sujet, j’ai écrit pas mal d’articles sur l’agilité à grande échelle. Il n’y a pas que SAFe.

Paysages de l'agilité

Paysages de l'agilité

Script de ma keynote à la Journée Agile à Liège, le 14 juin 2019

J’avais agrémenté ma présentation avec quelques photos de paysages et des dessins d’Étienne Appert tirés de L’art de devenir une équipe agile. À propos d’Étienne, la surprise que m’ont faite les organisateurs presqu’au dernier moment, c’est qu’il était présent sur scène en même temps que moi, lui pour dessiner sa fresque. La keynote a duré environ une heure, la lecture complète du script devrait prendre environ 15 minutes. Le voici (il est plus touffu au début qu’à la fin, j’avais plus préparé la première partie qui est assez personnelle).
L'agilité à grande échelle n'est pas un modèle d'entreprise

L'agilité à grande échelle n'est pas un modèle d'entreprise

SAFe qui peut !

Il faut un vrai besoin pour changer d’échelle ! Dessin de Patrice Courtiade et légende extraits de Scrum, le guide etc. page 278 Sur Twitter, David, après avoir publié son organigramme d’une organisation agile ajoute : Très influencé par SAFe, qui reste à ce jour la seule proposition de modèle global d’entreprise David est provocateur… ou sort d’hibernation. Ou il est peut-être tombé sous l’influence de ceux que j’appelle les néocons dans Scrum mon scrotum.
Scrum ? mon scrotum ! version 3

Scrum ? mon scrotum ! version 3

Avec mes slides de cette ultime session

Après la keynote d’Agile Pays Basque et la session à Agile tour Rennes, j’ai présenté une nouvelle version de Scrum ? mon scrotum ! jeudi dernier à Toulouse. Ceux qui étaient présents sur place ont assisté à un bonus exceptionnel, le meilleur moment de la journée, avec la clownanalyse orientée scrotum absolument géniale des Bataclowns. Voici les slides de cette présentation à Agile tour Toulouse 2016. En discutant le soir et le lendemain à propos de ma présentation, je me suis aperçu que sur deux points, j’ai pu être mal compris.

Lecture au klub : Lean Entreprise

Si la science est largement évoquée, les gens ne sont pas oubliés

Le livre choisi pour le klub d’octobre était donc : Lean Enterprise: How High Performance Organizations Innovate at Scale de Jez Humble, Joanne Molesky, Barry O’Reilly. Un gros livre. En anglais, ce qui n’a pas attiré les foules. Mais, bien que je fusse le seul à l’avoir lu entièrement (et sur mon smartphone !), la discussion s’est avérée passionnante. Un livre qui présente plein de choses, certaines dont je parle régulièrement sur ce blog et dans mon livre (le développement agile, impact mapping, lean startup, kanban) et d’autres un peu moins (design thinking, value stream mapping, devops).
Scrum en grand : LeSS, SSwS, Nexus et le rôle de Product Owner

Scrum en grand : LeSS, SSwS, Nexus et le rôle de Product Owner

Ken Schwaber vient de publier le guide Nexus, son framework de Scrum à grande échelle. Un de plus ! Cela en fait trois, au moins, qui se revendiquent de l'esprit Scrum : Nexus, SSwS et LeSS

Développer un produit avec plusieurs équipes

C’est le titre du 21ème chapitre de mon livre Scrum, édition 4. Quand plusieurs équipes travaillent sur le même produit, un point délicat est la mise à l’échelle du rôle de Product Owner ainsi que l’affinage à haut niveau.

Passer à l'échelle avec Scrum

Workshop le 2 juin à Toulouse

J’ai passé une bonne partie des ces dernières années à réfléchir à l’utilisation de Scrum sur des gros projets et à mettre en place ce passage à grande échelle pour des organisations. Les enseignements que j’en ai tirés, j’ai commencé à en parler sur ce blog et ils pourraient être présentés, qui sait, dans une 4e édition de mon livre Scrum, le guide de la méthode agile la plus populaire.

Astérix et la grande échelle en Scrum façon LeSS

Prévoir de la potion magique

Le Large Scale Scrum ou Agilité à grande échelle, c’est un sujet ancien qui avait déjà été d’actualité en 2011. J’ai participé au mouvement : j’ai écrit le chapitre 19 de mon livre “Scrum à grande échelle” à cette époque, j’avais fait une présentation au ScrumDay 2011 et c’était aussi le thème de mes présentations aux conférences Agile tour de l’automne. Avec cette grande échelle, on avait parlé de l'Agilité des pompiers.
Chapitre dix-neuf

Chapitre dix-neuf

Le chapitre 19 de mon livre s'appelle Scrum à grande échelle. C'est un sujet délicat.

Le but du chapitre Il est présenté dans l’introduction : On peut distinguer trois niveaux pour la prise en compte de l’agilité dans des organisations : projet, produits, organisation. Beaucoup d’expériences actuelles avec Scrum restent au niveau projet. Nous allons approfondir les niveaux produits et organisation. J’ai évoqué, dans le chapitre 18, Transition à Scrum, la façon dont une entreprise gérait le changement vers l’agilité. Ici, il s’agit d’aborder le changement d’échelle dans ce qu’il implique sur la mécanique de mise en œuvre de Scrum, en termes d’équipes, de backlogs et de cycle de vie.
Agile tour Toulouse 2014, jour 2

Agile tour Toulouse 2014, jour 2

Avec une vedette et des jeux

Un deuxième jour d’une conférence, ce n’est pas évident. Il faut avoir récupéré du premier, surtout si on a fait l*‘after*. De plus, à Toulouse, c’était la première fois, avec un positionnement du 2ème jour comme on le voit sur l’affiche qui pouvait laisser perplexe. Un open space, mais pas tout à fait. Finalement j’ai beaucoup aimé et je pense que mon avis est partagé par les 80 participants. Voilà quel a été mon programme de la journée.

Les billets auxquels vous avez échappé en 2013

Parfois je ne finis pas un articl

J’ai beau avoir lancé mon blog il y a presque 8 ans, la publication d’un billet me demande toujours des efforts conséquents. Il m’arrive aussi de commencer un billet, d’y réfléchir plus ou moins longuement, de produire quelques lignes et finalement de ne pas le publier. Je me suis rendu compte que les abandons viennent surtout quand je ne vais pas vite à partir du moment où j’ai une idée. Quand je commence à traîner, ce ne sera généralement pas publié[1].