story map

L'affinage du backlog PermaBio

L'affinage du backlog PermaBio

À la soupe !

Nous avions laissé notre exemple PermaBio, après le premier article consacré à la boucle de feedback, sur la constitution du backlog initial.

Les gros morceaux qui y figurent vont maintenant être décomposés en plus petits.

Démarrage 1CUBE&GO réussi à Toulouse

Démarrage 1CUBE&GO réussi à Toulouse

Parmi les 9 Cubes proposés par 1CUBE&GO, j’avais choisi pour cette première celui intitulé : Exprimer et formaliser le besoin. Cette demi-journée -c’est la durée de chaque Cube- m’a permis de partager avec les 9 participants sur les outils et concepts pour aller du besoin initial jusqu’à un backlog prêt. Je leur ai proposé une approche progressive en 4 parties : Impact Mapping, Story Mapping, Features et stories prêtes, Structure du backlog pour le suivi.
1CUBE & PO

1CUBE & PO

Le maximum d’effet pour le minimum d’effort traduction libre, élaborée avec Fabrice, du mantra de la “product discovery” : Minimize output, maximize outcome Cela aurait pu être le titre du cube à emporter de 1CUBE&GO, que j’anime à Toulouse le 13 décembre. En vrai, le cube s’intitule “Exprimer et formaliser le besoin”. Il est destiné en priorité aux personnes qui jouent le rôle de PO et au-delà à toutes les personnes qui s’intéressent à découvrir, faire émerger, comprendre, analyser, transmettre et développer le “besoin” pour en faire le bon produit.
La vie d'une story

La vie d'une story

Après les 6D, les 6C

Dans mon livre Scrum, chapitre Structurer le backlog, page 74, je présente le workflow de la story. Extraits : En 2001, Ron Jeffries définissait la vie de la story avec trois phases : la carte comme moyen de l’identifier, puis une conversation et enfin une confirmation. Cela est connu comme les « 3C ». En fait, avec Scrum, l’équipe déroule deux cycles de conversation et confirmation : un premier pour obtenir une story prête, un second pour qu’elle soit finie.
Préface de story mapping, troisième partie

Préface de story mapping, troisième partie

Jeff raconte de bien belles histoires

Le story mapping, l’excellent livre de Jeff Patton a été traduit et sera publié chez Dunod le 4 novembre. Voici la troisième partie de ma préface de cette édition française. … Les conversations, dont il est question depuis l’invention des user stories par Kent Beck, ont toujours fait sourire quand on explique que c’est cela la base d’une story. Avec ce livre truffé de retours d’expérience, les équipes sauront éviter qu’une conversation ne dégénère en une discussion de comptoir, et en tirer profit pour acquérir une perception commune du produit souhaité.

Préfaces book

Du Pablo en très grande forme pour la préface de mon livre

Cela commença avec Thierry Cros qui me demanda d’écrire la préface de son livre « Spécifiez Agile ». Ce que je fis avec plaisir. Ensuite, ce fut Laurent Morisseau, pour l’édition 2 de son « Kanban pour l’IT », qui me sollicita pour sa préface. Celle de la première édition était l’œuvre de David Anderson, le « père » du Kanban, je n’allais pas refuser une suite pareille. Cette année, c’est mon éditeur de chez Dunod qui m’a demandé de rédiger la préface de la version française du livre de Jeff Patton « Le story mapping ».
Préface de story mapping, deuxième partie

Préface de story mapping, deuxième partie

Le story mapping apporte la carte et revisite la notion de story, centrale dans le développement agile

Le story mapping, le livre de Jeff Patton a été traduit et sera bientôt publié chez Dunod. Il apparaît déjà dans la page 3 de la 4e édition de mon livre (on y voit aussi Kanban pour l’IT de Laurent Morisseau).

Le story mapping, ma préface

Le story mapping, ma préface

Le livre de Jeff Patton a été traduit pour une publication chez Dunod

En français, le titre est simplement “Le story mapping”. J’ai participé à la relecture du texte traduit et j’ai eu le plaisir d’écrire la préface pour l’édition française. Voici la première partie. Je n’ai jamais rencontré Jeff Patton. Je ne sais même pas s’il est de la famille du général. Mais je l’aime bien. Ce n’est pas parce que j’ai échangé quelques tweets et mails avec lui, car cela ne remplace pas une conversation directe, ce que vous comprendrez comme jamais en lisant cet ouvrage.
Story Mapping au Klub

Story Mapping au Klub

On va parler du livre et en plus on va l'appliquer en créant une story map

Ce soir c’est la 9ème séance du club de lecture d’Agile Toulouse. Le livre sélectionné est User Story Mapping de Jeff Patton. J’ai lu le livre, dans ses version successives. Pour compléter ma préparation à cette discussion, j’ai esquissé une Story Map de Klub, l’application du club de lecture.

Mes lectures de l'été

Pas des romans à l'eau de rose

Quelques lectures en relation plus ou moins directe avec le sujet de ce blog. Manipulation J’ai commencé par le “Petit traité de manipulation à l’égard des honnêtes gens”. J’ai lu la 2ème édition qui vient de sortir. J’en avais eu connaissance par mes camarades du club de lecture d’Agile Toulouse. C’est un livre écrit par des chercheurs français qui a un écho important. A sa lecture, on ne manque pas de s’interroger quant aux potentialités manipulatrices des méthodes agiles.
Chapitre quatorze

Chapitre quatorze

Avec tout plein de nouveautés

Le chapitre 14 de mon livre Scrum s’appelle “La story et ses tests d’acceptation”. Dans cette nouvelle édition, le titre a légèrement changé, car le chapitre inclut désormais la présentation des stories. Il a été presque entièrement réécrit, notamment pour incorporer des nouveaux outils du Product Owner, comme ceux que j’ai présentés le mois dernier lors du ScrumDay 2014. Le résumé en fin du chapitre Plutôt court… Le test n’est pas une activité réservée à la fin des développements.
De la vision à la story

De la vision à la story

La vue d'ensemble

Les notions manipulées pour aller de la vision à la story, avec quelques techniques de définition de produit pour y arriver.

Ce quadrant montre 5 outils et 6 concepts situés dans 4 cases.

Peetic Express

De la vision au backlog en 50 minutes

L'Open Space organisé chez Air France sur “faire le bon produit” était un rien foutraque comme il sied à ce type d’événement. Mais très riche en rencontres, en discussions et en découvertes. Il s’est passé plein de choses qui n’étaient pas prévues au départ. Finalement, l’après-midi, après une présentation inopinée de Gojko Adzic (en personne) sur l'Impact Mapping, je me suis retrouvé à animer un atelier avec une quinzaine de personnes.