La couverture de l'édition 4

couverture Scrum éd.4

Lire la suite...

Appliquer Kanban sur Scrum

C'est le titre d'un nouveau chapitre de mon livre, pour l'édition 4 qui sort dans un mois.

Lire la suite...

Xanpan au klub de lecture

J'ai reçu de chez Lulu mon exemplaire de Xanpan. J'ai commencé à le lire, pour le prochain klub de lecture qui aura lieu le 7 septembre.

Xanpan

Lire la suite...

Scrum en grand : LeSS, SSwS, Nexus et le rôle de Product Owner

« Développer un produit avec plusieurs équipes »  est le titre du 21ème chapitre de mon livre Scrum, édition 4. Quand plusieurs équipes travaillent sur le même produit, un point délicat est la mise à l'échelle du rôle de Product Owner ainsi que l'affinage à haut niveau.

Ken Schwaber vient de publier le guide Nexus, son framework de Scrum à grande échelle. Un de plus ! Cela en fait trois, au moins, qui se revendiquent de l'esprit Scrum : Nexus, SSwS et LeSS. Ils sont relativement proches, mais avec quelques nuances dans les propositions au sujet du PO et de l'affinage.

Voici un petit comparatif, avec illustrations pour trois équipes.

LeSS

LeSS pour Large-Scale Scrum, c'est le plus ancien et le plus avancé.

LeSS

Dans sa version simple (il existe aussi un LeSS "huge"), il y a un seul PO pour plusieurs équipes. Pour l'affinage, le PO travaille avec un représentant de chaque équipe.

SSwS

SSwS pour Scaled Scrum with Scrum, le plus Scrum.

Scaling Scrum with Scrum

Chaque équipe conserve son PO. Une nouvelle équipe apparaît, composée de ces PO et d'un chef PO. C'est une équipe Scrum, mais sans SM, qui est dédiée au management du produit. C'est elle qui s'occupe de l'affinage de haut niveau.

Nexus

C'est le petit dernier, mais par un créateur de Scrum.

nexus.png

Comme dans LeSS, un seul PO pour plusieurs équipes. Il fait partie d'une nouvelle équipe, appelée équipe d'intégration. Le SM et les DEV de cette équipe peuvent aussi faire partie d'une autre équipe. Cette équipe d'intégration s'occupe des outils et pratiques …d'intégration, mais aussi de la transition à Scrum, de la définition de fini. Pas spécialement de l'affinage qui est accompli, comme dans LeSS, par le PO et des membres des équipes.

À noter que Nexus a un TM accolé à son nom, pour SSwS c'est un R entouré… et que LeSS possède déjà ses certifications… Pfff !

Rassurez-vous, je ne propose pas un framework de plus dans mon livre. Quand le contexte s'y prête, je suis enclin à privilégier une organisation des équipes qui se rapproche de SSwS. Mais, à mon avis, le choix dépend tellement des gens en place, de la situation courante, de l'organisation, qu'il me paraît dommage de se cantonner à un seul pattern.

D'ailleurs, l'atelier à base de puzzle que je donne pour illustrer le Scrum à plusieurs équipes a déjà vu les participants essayer un de ces trois patterns : un seul PO et un représentant de chaque équipe (LeSS), un groupe de PO avec un superPO (SSwS) et une équipe d'intégration (Nexus).

Gymkhana dans Rupture douce, partie 6

Sixième extrait de Gymkhana, construire ensemble et autrement des idées citoyennes, histoire écrite à deux mains avec Stéphane Langlois, publiée dans Rupture Douce 3, libérons l'Agilité.

Lire la suite...

Souvenirs du Raid Agile #3

À la rentrée, traditionnellement, on nous demandait d’écrire nos souvenirs de vacances. Je m'y colle, mais pour moi, ce ne sera pas sur les vacances (quoique…). Je vais vous raconter un peu du dernier Raid Agile.

Lire la suite...

Scrum n’est pas une marque

Heureusement ! Mais il en a été question, c’est fou.

Lire la suite...

Sticky notes

Rétrochâtaigne du Raid 3

Sticky notes collectées lors de la rétrochâtaigne du Raid Agile #3 en Cévennes.

Lire la suite...

La rétronoisette

Fruits de cupulifères Dans la famille des cupulifères, après la châtaigne, à l'honneur au Raid#1, après le gland au Raid#2, c'était le tour de la noisette pour le Raid#3 de fin juin.

Lire la suite...

Le Lean Startup

J'ai le plaisir d'accueillir un invité qui va nous parler du Lean Startup.

C'est seulement la deuxième fois que mon blog publie un billet que je n'écris pas moi-même. Le premier était de Bruno, qui est devenu célèbre depuis.

Mon deuxième invité est Nicolas Deverge, lean startuper chez ekito, créateur de TeamMood.


Lire la suite...

Co-localisation des équipes Scrum

Voici le résultat du sondage, auquel plus de 100 personnes ont répondu.

La question était : "Votre équipe Scrum est ?", avec 5 réponses possibles.

  • co-localisée : 46.73 %
  • dans des bureaux proches : 10.28 %
  • avec 1 ou 2 dév. en remote : 10.28 %
  • dispersée, mais avec une culture commune : 10.28 %
  • dispersée, sur plusieurs pays de culture différente : 22.43 %

Ceux qui ont sélectionné la dernière réponse doivent avoir beaucoup de mal à bien pratiquer Scrum, à mon avis. C'est en tout cas ce que je soutiens dans la quatrième édition de mon livre, dans lequel je vais publier les résultats du sondage.

Le workflow d'une story

Dans « Extreme Programming Installed », Ron Jeffries, en 2001, définit la vie de la story avec trois phases : la carte comme moyen de l’identifier, puis une conversation et enfin une confirmation. Cela est connu comme les « 3C »[1].

En fait, l’équipe déroule deux cycles de conversation et confirmation : un premier pour obtenir une story prête, un second pour que la story soit finie, donc nous avons les « 5C » :

  1. Un jour, quelqu’un a une idée de story et la note sur une Carte (maintenant on utilise plutôt un post-it).
  2. Le Product Owner et l’équipe affinent cette story, afin qu’elle puisse être réalisée en un sprint, au cour de Conversations.
  3. L’équipe apporte sa Confirmation qu’elle est prête.
  4. L’équipe réalise la story pendant un sprint, en tenant de nouvelles Conversations avec le PO sur son acceptation.
  5. Le Product Owner apporte sa Confirmation qu’elle est finie.

Dans la vie de la story, il y a ces deux grandes phases de travail collectif basées sur des conversations : celui, bien connu, de réalisation pendant un sprint et l’autre, encore moins connu, d’affinage dans des sprints antérieurs. Entre ces deux travaux non consécutifs, la story est en attente. Elle est prête, au sens où elle peut être réalisée dans un prochain sprint.

En se basant sur ces « 5C », on peut représenter le workflow de la story :

La vie de la story On ne traite pas de la même façon une story au stade de l’idée qu’une story prête. L’affinage nécessite une identification claire des stories. Cela pousse à ranger les stories dans des dépôts correspondant à leur état. Nous les appelons des bacs, en référence au backlog.

Parce que l’attitude donne l’altitude

Alors que le 3ème Raid Agile dans les Cévennes approche à grands pas, nous expérimentons l'idée d'un Raid Agile au Québec à l'automne.

Nos "cousins" sur place nous ont trouvé un gîte entre Montréal et Québec, dans Lanaudière/Mauricie.

Charlotte et Claude ont bâti un programme adapté à leur culture. C'est toujours le Raid Agile, mais "à la québécoise".

-> la brochure de présentation du Raid Agile au Québec

-> la page pour avoir des renseignements et pour s'inscrire

-> le Raid Agile de juin dans les Cévennes, avec piscine : il reste 3 places

Investir dans des stories prêtes

Un bon acronyme est celui qui dure longtemps. C'est le cas de INVEST, lancé en 2003 par Bill Wake. Cela fait donc 12 ans et INVEST est encore populaire ; des ouvrages récents y font toujours référence (je pense à No Estimates).

Si l'acronyme est bon, je n'ai jamais trouvé cette liste de caractéristiques d'une bonne story particulièrement percutante. Je ne crois pas avoir fait de référence à INVEST ni dans mon blog ni dans mon livre. Bonne à quoi, la story ? Il me semble que des caractéristiques sont importantes à un moment et pas à un autre.

Dans la quatrième édition de mon livre, j'approfondis la Définition de Prêt. Je me suis demandé si INVEST pourrait aider à déclarer une story bonne à être prête ? Ben non, ça ne me convient pas tout à fait. Cela n'a pas été prévu pour ça, car en 2003 on était loin de parler de la notion de Prêt pour une story. De plus Bill Wake ne visait que les user stories. Je considère qu'il y a d'autres types de story.

Voici mes caractéristiques pour qu'une story soit prête :

  • Décomposée, ce n'est plus une story épique.
  • Débattue en équipe lors des séances d'affinage, au cours de conversations,
  • Dérisquée, néologisme qui se comprend bien je pense,
  • posséde une Définition de Fini qui permettra de vérifier sa finition dans le sprint.

Du coup ça fait les 4D. J'ajoute Désirable pour faire le cinquième ?

Durée des sprints en 2015

Une majorité — relative — d'entre vous effectue des sprints de 2 semaines.

Lire la suite...

Scrum est un cadre de processus

Dans l’article initial de 1996, Ken Schwaber parlait volontiers de processus et de méthodologie. Ensuite, Scrum a été souvent qualifié de méthode (agile).

Cette difficulté à classer Scrum a continué un certain temps.

Puis Ken Schwaber et Jeff Sutherland, l’autre co-fondateur, ont défini Scrum comme un cadre de processus (process framework).

Scrum n’est pas un processus complet -et encore moins une méthodologie, c’est un cadre de processus.

Un processus définit une façon de travailler, un cadre de processus se contente de délimiter, de « cadrer ».

Le cadre Scrum est léger, n’imposant que peu de choses :

  • les sprints et leurs événements,
  • une équipe avec 3 rôles,
  • un backlog contenant le travail à faire.

Vocabulaire pour l'édition 4

J'ai commence à écrire quelques chapitres pour la nouvelle édition de mon livre. Je donne une grande importance aux mots employés et je n'hésite pas à changer entre deux éditions avec le feedback des lecteurs ou le changement dans les usages.

Lire la suite...

M comme mêlée

Mêlée Castanet-Nice

Lire la suite...

Le roman de Peetic dans Scrum 4 et au Raid 3

groDans la 3ème édition de mon livre, à la demande générale, j'avais ajouté un peu plus d'exemples. Pour qu'ils soient cohérents, j'avais pris un fil rouge.

Ce fil c'est Peetic.

Lire la suite...

Scrum le livre, il y aura une édition 4

J'ai écrit hier soir les premières lignes de la future édition 4 de mon livre Scrum.

Lire la suite...

9 ans de blog

J'ai publié mon premier billet le 4 avril 2006 à 12h12 (et pas en 2007 comme c'est écrit sur la 4ème de couverture de mon livre).

Lire la suite...

Gymkhana dans Rupture douce, partie 5

Libérons l'Agilité et le Lean Startup pour cultiver des organisations non commerciales.

Lire la suite...

Le rythme dans Scrum, au service de la collaboration

Le rythme régulier des sprints est la base de Scrum. A quoi sert-il ?

Lire la suite...

Venez jouer au ScrumDay

logo-scrumday-2015-01.png

Lire la suite...

Venez discuter avec les coachs au ScrumDay

3.png

Lire la suite...

- page 1 de 118